Ce qu’il s’est passé du 10 au 16 juillet 1976

La nouvelle de la disparition du dispensaire ouvrier, dont le siège se trouvait rue de la République, sera très vivement ressentie par un grand nombre de romanais qui connaissaient les services que cet organisme a rendu à la collectivité. C’est le regretté docteur Bonnet, qui fut maire de Romans à la fin du siècle dernier, qui présida à sa création le 11 septembre 1917 avec Alphonse Gélibert, lequel donna sa vie durant le meilleur de lui-même au développement du dispensaire. Ce dernier s’était assigné pour tâche de lutter contre la tuberculose qui faisait, il y a moins de cinquante ans, de sérieux ravages dans la population et contre les maladies infectieuses. L’action du dispensaire ouvrier ne tarda pas à donner des résultats puisqu’en 1928, Jules Nadi, alors maire de Romans, intervenant à la Chambre des députés, pouvait s’écrier avec une certaine fierté : “Romans est la ville de France où la mortalité infantile est la plus faible !” Les laboratoires Cépède, fournisseurs de vaccins, ayant fait savoir leur fermeture prochaine, c’est la mort dans l’âme que le Comité directeur du dispensaire décida la fermeture de l’œuvre le 30 juin dernier.

Tout le monde, à Romans, a de l’estime et de la sympathie pour Mlle Antoinette Romanat tant elle se dévoue sans bruit et avec le sourire pour diverses activités locales. Employée durant de longues années au bureau des contributions directes de Romans, elle a toujours fait preuve de compréhension à l’égard du public. Mais cela n’est qu’une partie des activités de notre concitoyenne. Avec Mout, Pellegrini, Mauran et bien d’autres, elle a donné à la société gymnique L’Avenir ses premiers développements. Mais c’est au groupe espérantiste Bona Stelo qu’elle a donné et continue de donner le meilleur de ses loisirs. Et n’oublions pas qu’elle siège, depuis de nombreuses années, au Conseil municipal où elle s’intéresse particulièrement aux affaires sociales et elle participe, de ce fait, à la vie de la Croix-Rouge.

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2016/07/10/le-dispensaire-ouvrier-a-ferme

Publié dans: 20è siècle, Il y a 40 ans

Publier un commentaire