Ce qu’il s’est passé du 13 au 19 mars 1976

Ce pourrait être un canular et pourtant, c’est très sérieux. Las de voir les murs des bâtiments publics sans cesse souillés par des inscriptions et un affichage sauvage qui ne cessent de se multiplier, le maire de Romans vient de faire savoir qu’il était prêt à tenter une expérience qui devrait, tout à la fois, donner satisfaction à ceux qui éprouvent le besoin de dire quelque chose par voie d’affiches ou d’inscriptions et protéger les murs de la cité de toutes souillures. L’idée de créer ces “panneaux de défoulement” est née à la suite de la dernière campagne électorale pour les cantonales. C’est ainsi qu’un certain nombre de panneaux mis en place aux quatre coins de la ville pour permettre l’affichage des candidats n’ont pas été enlevés. Ils sont désormais à la disposition de toutes les personnes, associations et mouvements politiques qui désirent s’exprimer. Chacun pourra coller librement ses propres affiches et tracer les inscriptions de son choix. Il s’agit de la première expérience de ce genre tentée à Romans. En contrepartie, le maire de Romans précise que des sanctions sévères seront désormais prises à l’encontre de ceux qui continueront à pratiquer l’affichage sauvage ou à souiller les murs d’inscriptions. Vous pourrez trouver ces panneaux rue Saint-Nicolas contre l’église, boulevard Voltaire un peu avant le lycée Triboulet, à la Monnaie en face de l’école Chopin, boulevard Marx Dormoy, et en plusieurs autres endroits de la ville.

Nous apprenons avec infiniment de tristesse la nouvelle du décès subit de Marie Merlo née Magnéa. Depuis l’année 1941, la regrettée défunte était très connue et estimée dans notre ville. Son dévouement inlassable en faveur de la colonie italienne de Romans-Bourg-de-Péage, son action efficace au sein du comité de jumelage, permettaient de mesurer toute la sensibilité de cette femme qui était, le mot n’est pas trop fort, une véritable mère pour tous les ressortissants italiens. Elle avait également exercé les fonctions de correspondante consulaire et était titulaire de la médaille de chevalier de la Légion d’honneur.

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2016/03/13/des-panneaux-de-defoulement-a-la-disposition-des-romanais

Publié dans: 20è siècle, Il y a 40 ans

Publier un commentaire