Par 13 septembre 2015 0 Commentaire Lire →

Ce qu’il s’est passé du 13 au 19 septembre 1975

Ce qu'il s'est passé du 13 au 19 septembre 1975Il réapparaît de temps en temps comme un diable sort de sa boîte. Jims Pely voudrait ainsi intriguer son monde qu’il ne s’y prendrait pas autrement. En vérité, ce jeune et excellent illusionniste romanais travaille, s’entraîne et prépare de nouveaux numéros de façon extrêmement discrète.Quand il revient, c’est qu’il est prêt et qu’il a quelques bons tours de magie dans son sac. C’est le cas au début du mois de septembre. Désormais secondé par deux partenaires, Martine Bourdel, une ravissante jeune romanaise avec qui il a mis au point deux ou trois remarquables numéros, et Frank Payebien, qui se charge plus spécialement de la technique et des jeux de lumière. Il y a quelques jours, il était à Grenoble où il a montré son extraordinaire numéro de cannes volantes qu’il est le seul au monde à réaliser. En attendant de le revoir à Romans, il nous a proposé une étrange photo sur laquelle on le voit composer un bien singulier tour avec Martine Bourdel.

Une assemblée générale extraordinaire tenue au siège de la Batterie fanfare de Romans avait pour objet de désigner un président en remplacement de M. Beutier, démissionnaire. A l’orée de la saison 1975-76, le nouveau président sera donc Michel Chaix, sociétaire depuis 1957, clairon et cor d’harmonie. Le reste du bureau sera ainsi composé : président, Michel Chaix, vice-président, Charles Gontard, chef de musique, Maurice Follea, trésorier, M. Lambert, secrétaire, M. Guillemot. Il a aussi été décidé de placer les répétitions générales le jeudi afin de ne pas perturber les concerts du Musée donnés généralement le mercredi.

Même si le vieux romanais qui a nom Charles Dreveton atteint à peine 50 kg sur la bascule, il n’en reste pas moins un doyen de poids et de qualité pour tous ses camarades de l’Amicale des anciens marins. Fils d’un cordier qui avait pignon sur rue, aux remparts Saint-Nicolas, il s’engagea dans la Marine durant la guerre de 1914-18 pour servir sur le « Lorraine ». De retour à Romans, il se retrouva apprenti charpentier et participa à plusieurs reprises au montage et au démontage de la foire alors installée place Jean Jaurès. Puis, il devint manœuvre maçon et termina sa carrière aux établissements de chaussures Unic.

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2015/09/13/jims-pely-sort-de-sa-boite

Publié dans: 20è siècle, Il y a 40 ans

Publier un commentaire