Par 15 novembre 2015 0 Commentaire Lire →

Ce qu’il s’est passé du 15 au 21 novembre 1975

Ce qu'il s'est passé du 15 au 21 novembre 1975Chaque année, pour des raisons socio-économique, deux millions de français se déplacent d’une ville à l’autre. Pour qu’ils s’intègrent, pour que se tissent des amitiés, sont nés les Accueils des villes de France. A Romans et Bourg-de-Péage, cet accueil créé par Mme Méjassol existe depuis 1970. Mme Gaude a assuré la présidence de ce groupe avec beaucoup de dévouement pendant cinq ans et désirant se retirer, un nouveau bureau a été élu. Il se compose de Mme Romanet, nouvelle présidente, Mme Luce-Catinot, vice-présidente, Mme Deborne, trésorière, et Mme Drach, secrétaire.

Il ne s’agit plus seulement d’actes de vandalisme mais cette fois, ce sont bel et bien des voleurs qui ont opéré dans les taxiphones installés un peu dans tous les secteurs de la ville. Résultat de ce coup bien monté encore qu’assez peu payant : sept appareil détériorés à coups de burin et fracturé à l’aide d’un pied de biche, et environ 700 à 800 francs de butin. C’est peu mais ajouté au produit de pareils casses récemment effectués à Valence et à Montélimar, car la tentation est forte d’imaginer la même équipe de spécialistes intervenant dans toutes les villes, cela commence à faire une somme rondelette. En vérité, le préjudice est beaucoup plus grand pour l’administration des PTT et pour l’usager de ces cabines téléphoniques sans doute inutilisables pour de nombreuses semaines. « Nous devons commander du matériel pour effectuer les réparations et nous pouvons craindre que les délais de livraison soient assez longs », explique le chef de centre, M. Teissier. On peut surtout redouter que lasse de ce sabotage quasi systématique, les cabines ne soient purement et simplement supprimées à l’avenir.

La grippe, qu’elle soit de Hong Kong ou de la place Carnot, a déjà commencé ses ravages et une fois encore, beaucoup de nos concitoyens se sont laissés surprendre. Chez les cheminots, il est une tradition, début novembre, de se faire vacciner et dans l’ensemble, cette mesure préventive est efficace pour l’année. Cela n’empêche pas les rhumes et refroidissements mais tout cela sous une forme très atténuée. Faites comme les cheminots et dites : “La grippe, connaît pas !”

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2015/11/15/main-basse-sur-les-caisses-des-taxiphones

Publié dans: 20è siècle, Il y a 40 ans

Publier un commentaire