Ce qu’il s’est passé du 20 au 26 mars 1976

L’assemblée générale de l’association des Rapatriés d’Afrique du Nord a eu lieu au café Royal et la séance s’est ouverte sur une minute de silence à la mémoire des disparus. Après lecture des rapports moral et financier, il est procédé à l’élection du nouveau bureau qui est composé comme suit : président, Lucien Courbis, vice-présidents, Jean Allemany et Gabriel Salerno, secrétaire, Georges Mino, trésoriers, Emile Roman et Joseph Perez. Diverses questions sont ensuite abordées et il est principalement question de l’appellation donnée à une rue de Romans par la municipalité : rue du 19 mars 1962. Le bureau de l’amicale des rapatriés enregistre avec amertume “cette décision qui consiste à glorifier le renoncement de la France” et il décide de marquer sa désapprobation en n’assistant à aucune des manifestations patronnées par la municipalité de Romans et en particulier, il ne s’associera pas à elle pour la cérémonie prévue le 1er novembre, au monument aux morts abandonnés en Algérie à dater du 19 mars 1962.

“Il y a seulement quelques années, c’était encore la campagne, ici. Si j’avais su que l’on voulait construire des bâtiments de sept étages devant mes fenêtres, je n’aurais pas fait autant de sacrifices pour bâtir ma maison.” Détresse et colère de cet homme qui, comme la plupart de ses voisins du quartier des Charmilles et du quartier de la Pêcheraie, condamne le projet de construction par l’office H.L.M. de trois tours de sept étages. Mis devant le fait accompli, ils n’ont appris ce projet de construction que lorsque des engins sont venus niveler le terrain au début du mois de janvier. Les habitants sont en colère mais pas complètement fermés : “Précisez bien que nous ne nous opposons pas à la construction d’immeubles H.L.M. dans ce secteur de la ville mais que nous ne voulons pas qu’on gâche l’harmonie d’une zone pavillonnaire en concentrant un trop grand nombre de logements sur une surface réduite.”

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2016/03/20/la-rue-du-19-mars-1962-fait-debat

Publié dans: 20è siècle, Il y a 40 ans

Publier un commentaire