Par 27 septembre 2015 0 Commentaire Lire →

Ce qu’il s’est passé du 27 septembre au 3 octobre 1975

Ce qu'il s'est passé du 27 septembre au 3 octobre 1975La 39ème Foire économique du Dauphiné a été inaugurée sous le signe du changement dans la continuité. Continuité d’une foire qui, depuis deux ans, s’est déplacée et a désormais “pignon sur champ”. Changement dans le protocole. Finie l’inauguration à l’heure du thé, la foire s’est levée de bon matin et les discours ont été expédiés alors que les douze coups de midi n’avaient pas encore sonné. Le stand de la Ville de Romans est simple, joli et accueillant. Une charmante hôtesse du Syndicat d’initiatives vous y reçoit et vous propose des dépliants de la ville et de la région. Vous y verrez aussi une exposition de chaussures de 1920 à 1928 prêtées par le musée.

La date du 28 septembre 1975 restera dans les annales de la gare de Romans puisque ce jour-là, à 12h28, un turbo-train s’y est arrêté pour la première fois. Plusieurs personnes avaient tenu à être présentes pour inscrire sur la pellicule cet événement mémorable. Ajoutons que la gare de Romans, dirigée par Marcel Boissier, est désormais habilitée à vendre des billets pour l’Espagne, l’Italie et le Portugal, et qu’elle possède un système de réservation électronique.

Malgré les qualités que lui attribue un de ses anciens voisins du quartier de La Monnaie, Jean-Pierre Baudoin, 28 ans, appréhendé au mois de mai dernier, ne s’en est pas moins rendu coupable d’au moins deux hold-up à main armée dans la Drôme avec la complicité de Robert Gros, 24 ans, né à Tournon et domicilié dans l’Indre-et-Loire, au préjudice du Crédit Agricole d’Anneyron et de Châteauneuf-de-Galaure. On le soupçonne par ailleurs de complicité dans le braquage effectué par Robert Gros au Crédit Mutuel de Romans-Monnaie à la veille de Noël de l’année dernière. La reconstitution de ces trois affaires a sans doute permis de préciser les responsabilités de chacun. Au bureau du Crédit Mutuel de La Monnaie, Robert Gros, souriant et détendu, a refait tous les gestes de son coup, chaussant une longue perruque sur son front dégarni et des lunettes sans verre, accoutrement dans lequel il s’est présenté armé d’un fusil de chasse à canon scié devant les deux employés de la banque qu’il obligea à lui remettre 10 000 francs.

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2015/09/27/la-39e-foire-economique-du-dauphine-a-ete-inauguree

Publié dans: 20è siècle, Il y a 40 ans

Publier un commentaire