Ce qu’il s’est passé du 3 au 9 juillet 1976

Cet été est celui d’un éclatant soleil et si quelques orages viennent mettre un brin de fraîcheur, la température n’en reste pas moins caniculaire depuis plusieurs semaines et les prévisions d’Albert Simon ne semblent pas annoncer une fin prochaine de la chaleur. C’est pourquoi nous sommes allé à la rencontre de ceux qui, par leur profession, subissent plus que d’autres les effets de la canicule. Le boulanger Romain Tilac, rue Jacquemart, a chaud, très chaud, derrière son fournil : “Le travail est difficile et pénible avec cette chaleur bien que les méthodes nouvelles nous permettent de retarder la fermentation de la pâte. Malgré tout, cette canicule entrave notre travail et il faut excuser le boulanger si le pain n’est pas aussi joli qu’à l’habitude.” A la fonderie que dirige M. Jouve, fort connu dans les milieux boulistes puisqu’il fut durant de longues années président de l’Union bouliste R.P., on s’efforce de faire face à la canicule avec l’établissement de la journée continue de cinq heures du matin à une heure de l’après-midi. Et à plusieurs reprises, des boissons non alcoolisées sont offertes aux travailleurs afin de leur permettre de supporter ce surcroît de chaleur. Michel Larose, chef cuisinier rue Jacquemart, a quant à lui le sourire et conserve une tenue vestimentaire impeccable alors qu’il fait plus de 50 degrés autour de ses fourneaux. C’est la première fois de sa carrière qui s’est déroulée à Lyon, Valence, Saint-Tropez et depuis six ans à Romans, qu’il a vu un été aussi chaud. Pour supporter cette chaleur, il boit souvent de l’eau de Vittel avec du citron. Enfin, le chauffeur routier Jean Riou, bien connu de nos concitoyens et particulièrement des sportifs puisqu’il est le chauffeur attitré de l’USRP, confie qu’il préfère les temps chauds aux temps froids mais il n’oublie pas de rendre les arrêts plus nombreux pour permettre à ses passagers de se désaltérer.

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2016/07/03/les-metiers-et-la-canicule

Publié dans: 20è siècle, Il y a 40 ans

Publier un commentaire