Il y a 40 ans : Ce qu’il s’est passé du 14 au 20 juillet 1973

Il y a 40 ans : Ce qu'il s'est passé du 14 au 20 juillet 1973Ce samedi 14 juillet 1973 aura surtout été marqué à Romans-Bourg-de-Péage par la présentation d’un feu d’artifice comme on n’en avait jamais sur les rives de l’Isère ! Le Comité des fêtes a voulu faire preuve d’innovation en offrant au public un spectacle pyromélodique dont le succès a dépassé les espérances. Dans la cour de l’ancien musée, côte des Chapeliers, des chaises avaient été disposées et moyennant un prix modique, les spectateurs pouvaient assister au spectacle dans d’excellentes conditions.

A l’heure estivale, le musée de Romans reçoit quotidiennement un contingent de visiteurs heureux de découvrir au fil des salles le folklore régional, l’histoire de la chaussure retracée à travers les milliers de pièces de la prestigieuse collection Guillen, et les costumes de scène de Ninon Vallin. L’expérience tentée par Marie-Josèphe Bossan, conservateur du musée, qui consiste à ouvrir le musée pour des nocturnes entre 20 et 22 heures, ne semble pas, par contre, avoir recueilli les faveurs du public qui boude ces visites en soirée.

Un an, à trois jours près, après l’orage qui le 19 juillet 1972 causa de très importants dégâts à leur ville, les romanais ont bien cru, lundi 16 juillet en fin d’après-midi, que les trombes célestes allaient une fois encore se déverser sur la cité de Jacquemart. Plusieurs caves ont été inondées mais le seul emplacement où l’orage a causé quelques dégâts est l’épicerie-pâtisserie de M. et Mme Gaudard située avenue Duchesne et inondée pour la sixième fois depuis 1968.

Comment allez-vous retrouver votre ville en rentrant de vacances ? Si vous vous placez place Jean Jaurès, vous découvrirez la perspective en direction de la route de Saint-Paul quelque peu modifiée avec, se profilant en toile de fond, les tours géantes de La Monnaie. Boulevard Gambetta, l’immeuble qui domine un supermarché commence aussi à imposer sa silhouette extrèmement moderne. La rénovation du quartier de la tour Saint-Georges est aussi en bonne voie. Enfin, du côté de la Z.A.C. des Méannes, outre l’école, les constructions apportent un considérable changement au quartier.

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2013/07/15/ce-qu-il-s-est-passe-du-14-au-20-juillet-1973

Publié dans: 20è siècle, Il y a 40 ans

Publier un commentaire