Il y a 40 ans : Ce qu’il s’est passé du 19 au 25 octobre 1974

Il y a 40 ans : Ce qu'il s'est passé du 19 au 25 octobre 1974A Romans, capitale de la chaussure comme chacun le sait, il n’est pas de bon ton de faire ressemeler sa paire de souliers. Si bien que faute de travail, les uns après les autres, les cordonniers ferment boutiques. En 1966, une vingtaine de « regroleurs » étaient inscrits au registre des métiers. Ils n’étaient plus que 16 en 1968, 11 en 1970 et cette année encore, en 1974, deux anciens “bouifs” ont cessé leur activité. Mais les choses vont sans doute changer. “J’ai payé 300 francs pour une paire de bottes, vous pensez bien que je n’hésiterai pas à la faire réparer”, nous a confié une élégante de la ville. Et Jules Paire, qui a exercé les métiers d’ouvrier en chaussures et de fabricant d’emporte-pièces puis de chaussures, et qui possède aujourd’hui un petit atelier de cordonnerie, rue de l’Armillerie, constate depuis quelque temps une nette augmentation de sa clientèle : “On me demande de remettre en état des sacs, des cartables et des vieilles chaussures qui auraient certainement échoué dans une poubelle il n’y a pas si longtemps.”

Faire en sorte que le cadre de vie des Péageois soit agréable, c’est le but que poursuit le conseil municipal dans son effort permanent pour le fleurissement de la cité. C’est ainsi que samedi, au cours d’une sympathique réception à l’hôtel de ville, Henri Durand et ses adjoints ont félicité et récompensé les lauréats du concours des maisons fleuries au nombre desquels Michèle Monteux, avenue de Verdun, Emma Cordovado, 124 Grande Rue, Lydie Bernard, 14 rue Gabriel Péri, Paule Chatelard, 59 avenue des Patriotes, Edith Bussière, rue Juliette Jourdan, Claire Guillemot, 1 rue Louis Pirraud, Valentine Aubert, 27 rue Izeoird, Yvonne Boissy, H.L.M. Parisière, et Josette Estran, H.L.M. Les Moulins. Complimentant les unes et les autres, Henri Durand souhaita une plus large participation des Péageois dans le fleurissement de la commune. “Afin, dit-il avant d’inviter ses hôtes à choquer le verre de l’amitié, qu’il fasse bon vivre dans ce petit coin de France.”

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2014/10/19/ce-qu-il-s-est-passe-du-19-au-25-octobre-74

Publié dans: 20è siècle, Il y a 40 ans

Publier un commentaire