Il y a 40 ans : Ce qu’il s’est passé du 2 au 8 août 1975

Il y a 40 ans : Ce qu'il s'est passé du 2 au 8 août 1975“C’est un miracle que l’avion n’ait pas explosé ou pris feu en percutant le sol” assure Georges Brossetti, témoin avec son épouse de l’accident qui s’est produit à un peu plus d’une centaine de mètres de leur maison, dans un champ de blé fraîchement moissonné, en bordure de la route de Châtillon-Saint-Jean, à Romans. Georges Brossetti avait eu son attention attirée par l’appareil évoluant à faible altitude. “Il me semblait que quelque chose ne tournait pas rond. Soudain, je l’ai vu tanguer à une ou deux reprises puis, brusquement, il a amorcé une vrille et piqué du nez dans le champ. Le choc a été d’une violence inouïe et l’appareil a rebondi sur une hauteur de cinq mètres au moins avant de se plaquer au sol.” Alors que sa femme téléphone aux pompiers, le témoin s’est aussitôt précipité près de la carcasse disloquée. Encore rivé à son siège, retenu par les sangles de sa ceinture, le pilote, le visage ensanglanté, se tordait de douleur. Les secours furent rapidement sur les lieux. Le pilote et propriétaire du monoplace, Jean-Marie Baconnier, bien connu à l’Aéro-Club de Romans dont il est membre depuis de nombreuses années, a été aussitôt transporté au centre hospitalier. La police a ouvert une enquête pour tenter de déterminer les causes exactes de cet accident qui eut pu tourner à la catastrophe. En effet, l’appareil s’est écrasé dans un champ a proximité duquel se trouvent plusieurs habitations.

Tous les jours, à midi, de part et d’autre du passage à niveau de l’avenue Thiers, se forme un bouchon de plusieurs dizaines de mètres. « C’est pire qu’à la frontière du Perthus » nous a lancé un automobiliste visiblement courroucé et rentrant sans doute d’Espagne. N’exagérons rien mais il faut bien reconnaître qu’il devient de plus en plus délicat, à midi tapant ou sur le coup de 18 heures, de prendre la direction de Mours, Peyrins et Saint-Donat, ou tout simplement, de rejoindre les quartiers situés au nord-ouest du passage à niveau de l’avenue Thiers.

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2015/08/02/j-ai-vu-l-avion-s-ecraser-au-sol

Publié dans: 20è siècle, Il y a 40 ans

Publier un commentaire