Il y a 40 ans : Ce qu’il s’est passé du 20 au 26 juillet 1974

Il y a 40 ans : Ce qu'il s'est passé du 20 au 26 juillet 1974Il est évident que le passage à niveau de l’avenue Thiers (aujourd’hui avenue Jean Moulin) pose des problèmes de circulation. En gros, comme il passe soixante trains par 24 heures et que les barrières sont fermées trois minutes pour le passage de chacun, on peut dire que cela représente trois heures de difficultés par jour. La suppression de ce passage à niveau et son remplacement par un passage inférieur pourrait être valablement envisagé.

Lorsque l’on passe devant la gendarmerie, côté sud, rue du Chapitre, on ne se doute pas que derrière le lavoir et les hauts murs de l’école des filles se trouve un joli coin de fraîcheur et de verdure où l’on entre par un large portail peu prometteur. Et pourtant, à côté du préau, s’étalent des aires de jeux, des pelouses et des ombrages dus à de superbes arbres. La Garderie maternelle qui fonctionne, comme le Centre aéré, sous l’active impulsion de l’Amicale laïque, y accueille de nombreux jeunes enfants d’âge maternel. Aussi, dès 14 heures, les rues voisines résonnent de cris et de rires de ces jeunes enfants qui trouvent dans cet espace vert la possibilité de s’extérioriser et de profiter de leurs vacances aussi agréablement que possible.

Si un touriste de passage en notre bonne ville consulte les programmes offerts par les cinémas en cette période estivale, il risque de se faire une bien curieuse idée du goût des romanais en matière de septième art. En effet, pour cette seule semaine, les deux salles romanaises présentent, sur quatre films, trois « érotiques » aux titres évocateurs : “Que font ces dames quand leurs maris bossent ?”, “Lâchez les chiennes” et “La vie sexuelle de la femme moderne”. Reste, pour tous publics, “Le petit baigneur”, un amusant film avec Louis de Funès en vedette principale. Les programmes des semaines passées n’avaient rien à envier dans ce domaine à ceux de cette semaine et ceux des semaines à venir paraissent aussi riches en prouesses érotico-pornographiques. Si les films présentés étaient au moins de qualité mais ce n’est souvent pas le cas…

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2014/07/20/du-20-au-26-juillet-1974

Publié dans: 20è siècle, Il y a 40 ans

Publier un commentaire