Il y a 40 ans : Ce qu’il s’est passé du 24 au 30 mai 1975

Il y a 40 ans : Ce qu'il s'est passé du 24 au 30 mai 1975Il y a quelques mois, Jacques Larose et Jeannine Darribère s’illustraient lors du championnat de France de danse artistique sur piste. Ils sont désormais rejoint par deux couples de danseurs romanais qui ont obtenu un très beau classement au dernier championnat de France de rock ‘n’ roll, en catégorie débutants : Patrick Ghiringhelli et Nadine Delavaloire qui sont champions de France, et Hubert et Monique Ferrieux qui ont terminé en 8ème position. La manifestation s’est déroulée à Dijon sous le patronage de la Fédération française de danse sportive pour amateurs. Deux juges arbitres eurent la lourde tâche de départager les 115 couples venus de toutes les régions de France. Félicitons l’Olympic Rock romanais pour ce magnifique résultat et surtout, le professeur Michel Terisse.

L’industrie de la chapellerie, jadis si prospère sur nos deux rives et particulièrement à Bourg-de-Péage, ne vit plus désormais que sur des souvenirs de sa splendeur passée. Et qui mieux que Joseph Musso, maintenant retraité et domicilié chez ses enfants à la Monnaie, peut en parler ? Chapelier de métier, il avait quitté son Italie natale en 1920 car il avait entendu dire qu’il se trouvait de bons spécialistes de la fabrication de chapeaux à Romans et Bourg-de-Péage. Délaissant la grande usine Mossant qui était alors un des phares de l’industrie de la chapellerie en France, il préféra offrir ses services à de petites entreprises comme Mélandri, Gages et Roure où il lui était possible de prendre quelques initiatives. En 1945, il entra à la chapellerie dirigée alors par Henri Durand, aujourd’hui maire de Bourg-de-Péage, où il resta jusqu’en 1957. Après quoi, il alla travailler chez Brun-Buisson, fabrique de formes pour la chaussure, jusqu’en 1963. Sa dernière grande joie a été de fêter ses 80 printemps, entouré de 18 membres de sa famille, au restaurant Bartel, à Alixan.

Désormais, le stationnement sera interdit place Jacquemart, côté sud, face aux numéros 33 et 35, les vendredis de 8 heures à midi, pour faire place aux marchands de cochons de lait.

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2015/05/24/des-romanais-champions-de-france-de-rock-n-roll

Publié dans: 20è siècle, Il y a 40 ans

Publier un commentaire