Il y a 40 ans : Ce qu’il s’est passé du 27 juillet au 2 août 1974

Il y a 40 ans : Ce qu'il s'est passé du 27 juillet au 2 août 1974Jean Chechirlian, bien connu de notre localité où il avait tenu durant plusieurs années “Le Colorado”, rue de l’Armillerie, devait d’ailleurs s’illustrer lors d’une histoire pour le moins scabreuse lorsqu’il voulut transformer l’ancien corbillard qui était tiré par un cheval en une charrette de cow-boy destinée à orner son établissement de nuit. Par la suite, il devait revenir au sport et c’est à Paris qu’il a repris du service comme maître-nageur dans une piscine. Très intéressé par le cinéma, il vient de participer au tournage d’un film de Jean-Pierre Mocky, “Un linceul n’a pas de poches”, en compagnie de Jean-Pierre Marielle, Jean Carmet, Michel Constantin et Michel Serrault. Il espère ne pas en rester là.

On ne dira jamais assez quel danger peut provoquer le jet d’une bouteille ou de n’importe quel autre objet d’un train. C’est ainsi que dans la nuit de mardi à mercredi, un jeune garde-barrière, Christian Plantier, qui était de service de nuit à la barrière de la route des Balmes, à la hauteur des tanneries Roux, faillit bien être estropié pour la vie par une bouteille de bière lancée du train express Genève-Marseille. En effet, tel un projectile, la bouteille fracassa le carreau de sa cabane où il était assis et explosa à la hauteur de son visage. Fort heureusement, les éclats de verre ne firent que lui taillader le visage, ses yeux étant protégés par miracle.

Georges Marrand, photographe romanais bien connu, est mort mardi alors qu’il était en vacances. Homme affable, il était très connu à Romans où il exerçait la profession de photographe depuis 1939, date à laquelle il avait succédé à son père dans ce métier. Georges Marrand pratiquait son métier avec la passion de ceux qui font la profession qu’ils aiment. Toujours disponible pour sa clientèle, il était l’homme à qui on pouvait demander conseils dans sa spécialité. Plus récemment, il s’intégrait dans la chaîne de distribution Camara en ouvrant un nouveau magasin à Bourg-de-Péage. Il avait été conseiller municipal de Romans durant plusieurs années et président de l’Union nationale des évadés de guerre.

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2014/07/27/ce-qu-il-s-est-passe-du-27-juillet-au-2-aout-74

Publié dans: 20è siècle, Il y a 40 ans

Publier un commentaire