Il y a 40 ans : Ce qu’il s’est passé du 28 avril au 4 mai 1973

Il y a 40 ans : Ce qu'il s'est passé du 28 avril au 4 mai 1973Dans nos deux villes de Romans et Bourg-de-Péage, la “Journée de la Déportation” a commencé samedi 28 avril au soir, par une courte veillée funèbre devant la plaque commémorative de l’Hôtel de Ville de Romans. Dimanche, toutes les personnalités civiles et militaires des deux villes se sont réunies devant le monument célébrant le départ des volontaires du Maquis du Vercors.

Lundi 30 avril, un siècle après Marie-Louise Maury plus connue sous le nom de la Mère Maury, l’officine à ravioles de la rue Félix Faure a vu son directeur prendre la retraite. Petit-fils de la Mère Maury, Maurice Donnadieu a passé le relais à messieurs Coissieux et Chapre, tous les deux désireux de poursuivre la tradition.

Mardi, au stade bouliste municipal Emile Gras, près de 500 joueurs ont participé au grand concours du 1er mai de l’Union bouliste romanaise et péageoise qui s’est disputé, comme chaque année ou presque, sous le triple signe du muguet, du soleil et de l’affluence. Aux dires mêmes d’un des champions qui figuraient dans la catégorie “Excellence”, ce concours est d’assez loin le mieux organisé de tous les grands concours régionaux.

Dans la vaste salle du central téléphonique de Romans, se trouve la table des renseignements. “Vous n’imaginez pas le nombre de questions que peuvent poser les usagers”, explique l’une des opératrices du “12”. “Alors que nous sommes là pour répondre aux renseignements relevant des télécommunications, beaucoup de personnes nous téléphonent pour connaître l’horaire des chemins de fer, l’horoscope ou même l’horaire des messes de Notre-Dame de Lourdes !”

On a débrayé, vendredi 4 mai de 10 à 12 heures, dans l’industrie de la chaussure, pour protester contre les licenciements et pour la sécurité de l’emploi. Suivant les chiffres fournis par les syndicats, le taux de grève a varié selon les entreprises. On trouve le plus fort chez Salamander avec 99 pour cent et le plus faible chez Servien avec 5 pour cent. Le cortège se rendit devant la Chambre patronale de la chaussure, rue Saint-Antoine, puis une délégation fut reçue par le maire Pierre Didier.

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2013/04/28/ce-qu-il-s-est-passe-du-28-avril-au-4-mai-1973

Publié dans: 20è siècle, Il y a 40 ans

Publier un commentaire