Par 28 décembre 2014 0 Commentaire Lire →

Il y a 40 ans : Ce qu’il s’est passé du 28 décembre 1974 au 3 janvier 1975

Il y a 40 ans : Ce qu'il s'est passé du 28 décembre 1974 au 3 janvier 1975Avec la nouvelle année viennent les traditionnels vœux. Henri Durand, maire de Bourg-de-Péage, déclare : “Paix dans le monde et dans nos cœurs, travail pour tous et pour chacun, tel est mon vœu et mon souhait pour mes compatriotes et amis, que les peines et les joies de chacun soient les peines et les joies de tous !” Pierre Didier, maire de Romans, assure : “En mon âme et conscience, toute l’équipe que j’anime s’efforcera, au cours de l’an qui commence, d’être au service de tous, animée par le seul souci de votre promotion individuelle et de la promotion collective d’une cité qu’elle veut toujours plus humaine et plus fraternelle.”

Parmi les premiers travaux de l’année 1975 qui vont modifier l’aspect de la ville, il faut citer la démolition des anciens abattoirs, vaste et imposant bâtiment dont les façades délimitent le carrefour du quai Dauphin, du quai Sainte-Claire et de la côte des Chapeliers. Désaffecté depuis le 1er juin 1967, date à laquelle est entré en service le nouveau centre d’abattage municipal au quartier des Ors, ils devraient disparaître sous la pioche des démolisseurs dès le premier trimestre prochain. Ce bâtiment avait ensuite abrité, durant quelques mois, une fabrique de sacs puis une fabrique de meubles en rotin.

C’est avec infiniment de tristesse que les anciens romanais apprendront la nouvelle du décès de “La Mélie” Joud qui demeurait place Jules Nadi. Avec sa disparition, c’est un peu de l’histoire de Romans, dans les années d’entre les deux guerres, qui s’en va. Son défunt mari, Paul Joud, faisait partie de cette phalange qui fit naître ici la pratique de l’aviron et qui contribua également au développement du rugby. “La Mélie” avait tenu, durant de très longues années, le Café de la Banque où les clients se plaisaient à l’entendre évoquer ses souvenirs sur tout ce qui avait fait Romans durant la période où les café-concerts, les corsos, les cavalcades et les bals masqués étaient en vogue. “La Mélie” nous quitte mais son souvenir restera longtemps encore dans l’esprit de ceux qui l’ont connue.

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2014/12/28/la-melie-joud-s-en-est-allee

Publié dans: 20è siècle, Il y a 40 ans

Publier un commentaire