Il y a 40 ans : Ce qu’il s’est passé du 3 au 9 novembre 1973

Il y a 40 ans : Ce qu'il s'est passé du 3 au 9 novembre 1973Les 750 mètres carrés d’une ancienne usine de chaussures romanaise ont trouvé une nouvelle destination. Certes, on continue à y pratiquer la coupe et le piquage mais pour fabriquer des jouets en peluche. “Nous avions porté notre choix sur Romans pensant trouver dans cette ville une main d’oeuvre suffisante, notamment en ce qui concerne des piqueuses. En fait, cela a été très difficile.” nous explique le P.D.G., Edmond Gazado. Aujourd’hui, l’entreprise emploie une trentaine de personnes.

C’était l’adieu aux halles, dimanche 5 novembre. Le dernier marché dans les halles Jules Nadi, construites pour durer toujours et qui, finalement, n’auront rempli leur office que pendant un demi-siècle. Demain, elles seront livrées à la pioche des démolisseurs. Ce n’est pas sans nostalgie que les commerçants quitteront ce bâtiment où tant de gens avaient pris l’habitude, trois fois par semaine, de venir faire leurs achats.

Amorcée il y a plusieurs années déjà, la restauration de la collégiale Saint-Barnard se poursuit à un bon rythme. Des travaux sont en cours pour consolider et protéger la façade ouest ainsi que le porche principal de la collégiale.

C’est un bilan fructueux qu’affiche le groupe Musica de majorettes péageoises. Nos jeunes ambassadrices ont porté le sourire de la ville aux carnavals de Francfort et Yssingeaux, et participé à de nombreux corsos et festivals. D’excellents résultats également sur le plan individuel avec mademoiselle Martine Brosse, sélectionnée dans l’équipe de la Drôme.

Lorsqu’il réintègrera son perchoir, le bonhomme Jacquemart découvrira que durant son congé maladie, une de ses fidèles compagnes a déserté le campanile. Non, rassurez-vous, la grosse cloche sur laquelle il frappe les heures est toujours là. L’absente, ce sera la sirène que les romanais avaient coutume d’entendre chaque premier jeudi du mois, à l’occasion des essais effectués par les services de la Protection Civile. Avec l’extension de la ville, il a été décidé de transporter cette sirène sur le toit d’une des tours du quartier de la Monnaie.

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2013/11/03/ce-qu-il-s-est-passe-du-3-au-9-novembre-1973

Publié dans: 20è siècle, Il y a 40 ans

Publier un commentaire