Il y a 40 ans : Ce qu’il s’est passé du 5 au 11 octobre 1974

Il y a 40 ans : Ce qu'il s'est passé du 5 au 11 octobre 1974Par la faute de quelques individus, les romanais qui n’ont pas encore la chance d’avoir le téléphone à leur domicile devront-ils se passer des précieux services que peuvent rendre les taxiphones ? Récemment, un constat a révélé que 15 des 31 cabines téléphoniques installées dans notre ville étaient complètement hors d’usage. Les services des P.T.T. ont décidé de remettre en état, une fois de plus, tous les appareils détériorés et 6 nouveaux taxiphones seront installés incessamment à Bourg-de-Péage dans les quartiers où l’administration ne peut satisfaire toutes les demandes individuelles.

C’est avec infiniment de tristesse que les habitants de Saint-Paul-lès-Romans ont appris la nouvelle du décès de leur ancien maire, M. Adolphe Payen. Ce dernier occupa les fonctions de maire de 1925 à 1947. Il fut également président du Syndicat des entrepreneurs du bâtiment de Romans pendant 36 ans et fondateur des établissements Payen Frères. Dans ces diverses activités, il fit montre de beaucoup de dévouement et réalisa tout ce qui était possible dans son domaine pour l’avenir de sa commune et de sa profession.

La municipalité de Romans vient de prendre la décision de soustraire à la convoitise des voleurs les remarquables tentures qui ornaient, jusqu’à ces derniers jours, la chapelle du Saint-Sacrement en la collégiale Saint-Barnard. Cette décision a été motivée par les vols récents de dix tapisseries d’Aubusson datant du XVIIè siècle en l’abbaye de Saint-Antoine et de cinq autres tapisseries en l’église Saint-Maurice de Vienne. La municipalité romanaise, très inquiète de ces deux vols, vient de prendre la décision de faire assurer les neuf tentures de la collégiale, datant du XVIè siècle, pour la somme de cent quarante millions d’anciens francs. L’assurance souscrite ne peut avoir d’effet qu’à la condition que les tentures soient protégées par un système antivol. Durant les quinze jours que devrait durer l’installation de ce système, c’est dans la chambre forte de la Banque de France que les tentures attendront d’être à nouveau exposée au public.

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2014/10/05/ce-qu-il-s-est-passe-du-5-au-11-octobre-1974

Publié dans: 20è siècle, Il y a 40 ans

Publier un commentaire