Il y a 40 ans : Ce qu’il s’est passé du 8 au 14 février 1975

Il y a 40 ans : Ce qu'il s'est passé du 8 au 14 février 1975Pour la première fois, une ville de la Drôme figure au palmarès national du concours des villes fleuries : Bourg-de-Péage. Une autre localité du département, Luc-en-Diois, avait déjà eu cet honneur mais dans la catégorie des villages fleuris. Bourg-de-Péage est donc l’une des cinq villes françaises de 5000 à 20000 habitants les plus élégamment fleuries.

Voici un couple de danseurs qui, à sa façon, a fait parler de Romans-Bourg-de-Péage lors du championnat de France de danse artistique sur piste, le samedi 1er février, à Montrouge. Jacques Larose a suivi les conseils de son père, le chef cuisinier Michel Larose, qui lui disait : “Tu apprendras à danser en suivant les conseils éclairés du professeur Michel Terrisse.” Avec sa jeune partenaire, Jeannine Darribère, il est devenu vice-champion de France et ce titre a été arrosé comme il se doit chez M. et Mme Larose, rue Jacquemart. Une maman fière de son garçon et un papa tout sourire qui avait même oublié de quitter la tenue de cuisine.

Les responsables syndicaux de la CFDT ont organisé une journée portes ouvertes à l’hôpital pour montrer au public l’état de vétusté des lieux. La visite commence par le vestiaire du personnel. Deux salles, une pour les hommes, l’autre pour les femmes. Salles minuscules, sans fenêtre ni ventilation ni douche. La buanderie assure le lavage de six mille draps par jour mais le séchage est effectué à l’hôpital de Saint-Vallier faute de matériel. Les cuisines sont voûtées, petites et mal aérées. Le manque d’espace contraint le personnel à travailler bien souvent dans les couloirs et faute de monte-charge, les repas arrivent froids chez les malades. Nous pénétrons ensuite dans deux salles qui totalisent 21 lits mais un seul W.C. et une seule salle de bains. Il y a bien un autre W.C. mais il est à l’extérieur. Dans la salle des femmes, les fenêtres sont démunies de rideaux et de volets. “Il n’y a pas de petites économies, explique notre guide, on vient de supprimer l’eau minérale et les biscottes pour les malades.”

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2015/02/08/jacques-larose-et-jeanine-darribere-rois-de-la-piste

Publié dans: 20è siècle, Il y a 40 ans

Publier un commentaire