Il y a 40 ans : Ce qu’il s’est passé du 8 au 14 mars 1975

Il y a 40 ans : Ce qu'il s'est passé du 8 au 14 mars 1975L’édition 1975 du bal des enfants costumés organisé par le Comité des fêtes de Romans-Bourg-de-Péage a été un succès sans précédent. La salle du foyer du théâtre était à peine assez grande pour contenir tous les enfants, leurs parents et amis. On comptait, pour ce bal, quelques 130 enfants costumés ce qui est un chiffre de participation record. Les cow-boys restent la valeur sûre à la bourse du déguisement mais certains enfants avaient fait preuve de beaucoup d’ingéniosité en se déguisant en dentellière ou en vendeuse de billets. Les grandes gagnantes de ce bal sont aussi toutes les mamans qui ont fait preuve de beaucoup d’adresse et de patience pour confectionner tant de costumes. Elles méritent aussi de grands bravos.

A l’initiative de Michel Poniatowski, ministre de l’Intérieur, la première opération « Coup de poing » dans le département de la Drôme s’est déroulée à Romans, dans la nuit de vendredi à samedi, de 22h à 0h30. Plus de 300 policiers, gendarmes et C.R.S. avaient procédé au bouclage de la place Carnot, de la côte des Cordeliers et de la place Maurice Faure, et des barrages étaient dressés sur toutes les routes donnant accès à Romans. Plus de 500 véhicules et 1500 personnes ont été contrôlés et tous les établissements publics ont été visités. Bilan : aucune interpellation ni arrestation. Le commissaire de police tire ainsi les conclusions de cette opération de sécurité : “Elle a permis de montrer au public la présence de la police. Son côté spectaculaire ne doit cependant pas faire oublier que la surveillance est constante en période normale.”

Tout est donc rentré dans l’ordre chez Unic-Fenestrier. L’action engagée à la fin de la semaine dernière par quelques 220 ouvriers pour obtenir le départ d’un directeur technique embauché contre leur gré, il y a trois semaines, s’est achevée mercredi en milieu de journée avec la démission de celui-ci. Ancien chef du service piquage chez Salamander et chef de fabrication à la S.N.R., il se dit “victime d’une véritable cabale” et affirme qu’il a démissionné “uniquement pour éviter que l’entreprise ne se trouve en péril.”

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2015/03/08/du-8-au-14-mars-1975

Publié dans: 20è siècle, Il y a 40 ans

Publier un commentaire