Il y a 40 ans : Ce qu’il s’est passé du 9 au 15 août 1975

Il y a 40 ans : Ce qu'il s'est passé du 9 au 15 août 1975En cet été, le camping municipal de Bourg-de-Péage est très fréquenté par les touristes. Pour un peu, on afficherait “Complet” ! Il faut dire que les campeurs et caravaniers trouvent ici un ensemble complet : vaste terrain, douches, cuisines, etc. D’autre part, la proximité de la piscine et le mini-golf constituent des attraits indéniables pour une halte péageoise.

On ne dira jamais assez aux conducteurs de se méfier des insectes, guêpes et abeilles en particulier, qui jouent les auto-stoppeurs. Un conducteur vient d’en faire la triste expérience. Alors qu’il circulait sur la route qui relie Bourg-de-Péage à Chatuzange-le-Goubet, une méchante guêpe est venue troubler sa conduite. Résultat, un poteau P.T.T. Sectionné et une belle voiture sérieusement endommagée. Fort heureusement, on ne déplore pas d’accident de personne mais avouez qu’une petite bête peut parfois faire de gros dégâts !

A la rentrée, les romanais découvriront de nouvelles dispositions pour améliorer la circulation et le stationnement au passage à niveau de l’avenue Thiers (aujourd’hui, avenue Jean Moulin). Après une trentaine de mois de discussions et d’études, le dossier technique est prêt et les appels d’offres auprès des entreprises vont être lancés. “Il s’agit essentiellement, nous a dit M. Filliat, président de la Commission municipale de circulation, d’éliminer une fois pour toutes ce bouchon qui se forme régulièrement à la hauteur du passage à niveau de l’avenu Thiers. Comme la ville n’a pas les moyens de réaliser un ouvrage, pont supérieur ou passage souterrain, qui permettrait de solutionner le problème d’une manière radicale, nous avons fait en sorte que les différents courants de circulation ne puissent plus se rencontrer au passage à niveau et aux carrefours qui se trouvent à proximité. C’est ainsi que la circulation se fera en sens unique sud-nord avenue Thiers, et nord-sud avenue du docteur Bonnet. Les automobilistes arrivant de Peyrins ou de Mours devront bifurquer à la hauteur de la rue de Verdun.”

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2015/08/09/ne-cherchez-pas-la-petite-bete

Publié dans: 20è siècle, Il y a 40 ans

Publier un commentaire