Guide du pèlerin

POUR LE CHEMIN DE CROIX
DIT "LE GRAND VOYAGE" DE ROMANS

13ème Station : Jésus est cloué sur la Croix

Cette station se trouve à l’entrée du Calvaire des Récollets (voir le plan d’accès en bas de page).

Lectures et prières

On conduisit Jésus en un lieu nommé Golgotha, ce qui signifie le “lieu du crâne”. Là, les soldats lui enlevèrent ses vêtements. Puis, ils présentèrent à Jésus du vin aromatisé de myrrhe comme ils faisaient d’ordinaire pour les condamnés, afin d’endormir leurs souffrances. Jésus en ayant goûté, ne voulut pas en boire.

Pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime.

Il était neuf heures lorsqu’on le crucifia. L’inscription portant le motif de la condamnation portait ces mots : “Le roi des Juifs.” Avec lui, on crucifia deux bandits, l’un à sa droite, l’autre à sa gauche.

Ta croix, ô Christ, est scandale et folie. Regarde les croix de nos guerres et de nos haines car il nous est si difficile de faire la paix et la réconciliation quand on rêve de revanche et de victoires. Jésus crucifié, au nom de ton amour, sauve nous !

Alors les grands prêtres dirent à Pilate : “Il ne fallait pas écrire “Le roi des Juifs”, il fallait écrire : “Cet homme a dit : je suis le roi des Juifs !”” Pilate répondit : “Ce que j’ai écrit, je l’ai écrit !”

Ta croix, ô Christ, est scandale et folie. Regarde les croix que portent nos frères car il nous est si difficile de nous laisser crucifier avec toi quand on n’a pas envie de partager la souffrance des autres. Jésus crucifié, au nom de ton amour, sauve nous !

Quand les soldats eurent crucifié Jésus, ils prirent ses vêtements et en firent quatre parts, une pour chacun d’eux. Ils prirent aussi la tunique mais elle était sans couture et d’une seule pièce de haut en bas. Ils se dirent donc : “Ne la déchirons pas, tirons au sort qui l’aura.” Ainsi s’accomplissait la Parole de l’Ecriture : ils se sont partagé mes habits, ils ont tiré au sort mon vêtement.

Tu es le pauvre, Seigneur Jésus. En toi la gloire éternelle de Dieu.

Un des malfaiteurs qui étaient en croix insultait Jésus : “N’es-tu pas le Messie ? Sauve-toi donc toi-même et nous aussi !” Mais l’autre lui répondit : “Tu n’as donc même pas la crainte de Dieu, toi qui endure le même supplice ? Pour nous, c’est justice, nous payons pour nos actes. Mais lui n’a rien fait de mal.” Et il ajouta : “Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne.” Jésus lui répondit : “Amen, je te le déclare, aujourd’hui même, tu seras avec moi dans le paradis.”

Dans ton Royaume, souviens-toi de nous, Seigneur, au jour où tu régneras.

Près de la croix de Jésus, se tenait sa Mère et la soeur de sa Mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie de Magdala. Voyant sa Mère et près d’elle, le disciple qu’il aimait, Jésus dit à sa Mère :”Femme, voilà ton Fils.” Puis il dit au disciple : “Voilà ta mère.” Et depuis cette heure-là, le disciple la prit chez lui.

Je vous salue Marie, pleine de grâce,
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.

Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous, pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.

Amen.

A partir de midi, l’obscurité se fit sur la terre jusqu’à trois heures. Vers trois heures, Jésus cria d’une voix forte : “Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?” Puis il dit : “Tout est accompli. Père entre tes mains, je remets mon esprit.” Et après avoir dit cela, il expira.

On marque un instant de silence, un genou à terre.

Alors le voile du Temple se déchira en deux, du haut en bas. La terre trembla, les rochers se fendirent, des tombeaux s’ouvrirent et les corps de nombreux saints qui étaient morts ressuscitèrent. A la vue de tous ces prodiges, le centurion et ceux qui, avec lui, gardaient Jésus, furent saisi d’une grande frayeur et ils dirent : “Vraiment, cet homme était Fils de Dieu.”

Jésus crucifié, au nom de ton amour, sauve-nous !

Comme la Pâques allait commencer, et pour ne pas laisser les corps en croix durant le sabbat, les juifs demandèrent à Pilate qu’on enlève les corps après leur avoir brisé les jambes. Des soldats allèrent donc briser les jambes du premier, puis du second des condamnés que l’on avait crucifiés avec Jésus. Quand ils arrivèrent à lui, voyant qu’il était déjà mort, ils ne lui brisèrent pas les jambes mais un des soldats, avec sa lance, lui perça le coté et aussitôt il en sortit du sang et de l’eau. Tout cela est arrivé afin que s’accomplisse cette parole de l’Écriture : “Aucun de ses os ne sera brisé.” Et aussi cet autre passage : “Ils lèveront les yeux vers celui qu’ils ont transpercé.”

Souviens-toi qu’il y a, quelque part dans le monde, des hommes dont le salut dépend de la part que tu prendras à la Passion du Sauveur. Pense à ces liens invisibles, noués entre eux et toi, qui font que tu n’es jamais seul lorsque tu cèdes à la lâcheté, à l’égoïsme ou lorsque tu refuses une croix.

Jésus crucifié, au nom de ton amour, sauve nous !

Notre Père, Je vous salue Marie et Gloire au Père.

Photos

Histoire

C’est le Mont Calvaire proprement dit. La station est représentée par la grande croix et l’autel qui lui sert de piédestal, et devant lequel s’arrêtait le clergé lorsqu’avaient lieu les processions paroissiales.

Plan d’accès à la 13ème station

Cliquez sur l’icone en haut à gauche pour choisir une station.

Cliquez sur l’icone en haut à droite pour voir le plan en plein écran.

button-station-precedente button-station-suivante

Laisser un commentaire

© 2018 Romans Historique