Albert Ferdinand Pagnon, le roi des hôtels de la Haute-Égypte

Albert Ferdinand Pagnon est né le 1er janvier 1847, à Bourgoin-Jallieu (Isère), de Pierre Claude Pagnon, maître d’hôtel, et Marie Clairfond.

La même année, après que l’hôtel familial fut détruit par un incendie, ses parents partirent à Marseille puis en Égypte, en 1855, et Albert Ferdinand fut envoyé chez sa tante, Aurélie Vernet, qui l’éleva, à Bourg-de-Péage. Il fut scolarisé à Romans puis dans un collège protestant de Malte. Puis, il revint à Romans et en 1863, il était employé à la banque Savoie-Sauvajon.

En 1868, après la mort de son père, le jeune homme partit en Égypte pour le remplacer à la direction de plusieurs hôtels, à Ismaïlia et Port-Saïd. Ces hôtels fournissaient de la nourriture aux ouvriers de Ferdinand de Lesseps qui travaillaient sur le chantier du Canal de Suez, dont la construction dura de 1859 à 1869.

Après un bref séjour à Venise, en Italie, où il dirigea l’hôtel Victoria, il revint en Egypte, en 1875, et entra, l’année suivante, au service de Thomas Cook, homme d’affaires britannique et pionnier du tourisme égyptien.

En 1877, Albert Ferdinand et sa mère ouvrirent une boutique à Louxor pour fournir des provisions aux bateaux de tourisme.

Il se mit à son propre compte en 1889 et entreprit la construction de plusieurs hôtels tels que le Karnak Hotel à Louxor et le Grand Hotel à Assouan.

En 1899, il fit construire le Cataract Hotel (aujourd’hui appelé Old Cataract Hotel), toujours à Assouan, où de nombreux dirigeants du monde entier séjournèrent : le tsar Nicolas II, Winston Churchill, Howard Carter, Margaret Thatcher, Jimmy Carter, François Mitterrand, la princesse Diana,… En 1933, la romancière anglaise Agatha Christie y séjourna et écrivit plusieurs chapitres de son chef-d’œuvre « Mort sur le Nil » dont l’adaptation cinématographique fut tournée, en 1978, sur les lieux mêmes.

En 1885, il fit l’acquisition d’une ferme dans le quartier Bellevue, à Romans, qu’il restaura pour en faire une maison d’habitation que nous connaissons encore sous le nom de “Villa Pagnon”.

Le 24 novembre 1891, à Alexandrie, il épousa Anne Marie Catherine “Kitty” Conseil, née en cette même ville d’un père capitaine au long cours et de seize ans sa cadette.

Sa dernière participation à l’élan touristique de l’Égypte fut la construction du Winter Palace, à Louxor, en 1907.

Albert Ferdinand Pagnon mourut d’une pneumonie, à Assouan, le 19 mars 1909. Dans son avis de décès publié le 7 mai suivant, la “Egyptian Gazette” le surnomma “The hotel King of Upper Egypt”, c’est-à-dire “Le roi des hôtels de la Haute-Égypte”.

Cet article est aussi paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2018/08/12/albert-pagnon-le-roi-des-hotels

Publier un commentaire