Ces illustres inconnus : Gilbert Gondoin

Né à Romans vers le milieu du XVIè siècle, Gilbert Gondoin eut la singulière fantaisie de traduire en quatrains les sentences du roi Salomon.

Nous connaissons deux éditions de cet ouvrage. La première, intitulée “Quatrains extraits de divines sentences de très sage roy Salomon”, à Genève en 1586, comporte 102 pages. La seconde, intitulée “Quatrains spirituels et moraux extraits des saintes et divines sentences”, à Paris en 1587, comporte 60 pages. Le recueil se divise en trois parties : “Quatrains des Proverbes”, “Quatrains de l’Ecclésiastique” et “Quatrains extraits de la Sapience”.

Dans la dédicace de son livre, il explique pourquoi il a choisi le quatrain pour traduire Salomon : “Parce que les sentences doivent être couchées le plus court et brièvement que faire se peut, j’ai choisi la plus brève et gracieuse sorte de vers dont on use aujourd’hui, alors que je les eusse bien pu délater plus amplement en odes et sonnets, le sujet étant si riche et fécond.”

Publié dans: Arts, Personnalités, Renaissance

Publier un commentaire