Famille Bernon

Famille BernonBERNON, famille venue au milieu du XVIIe siècle à Romans-sur-Isère de Moras, où une branche, résidant au château de Senaud, est représentée par M. le baron Prudent de Bernon, ancien maître des requêtes au conseil d’Etat.

– François, marchand, marié le 10 novembre 1652 avec Madeleine de Lacour, d’où :

– Autre François, né le 8 juin 1672, marchand et capitaine de quartier, allié à Thérèse de Turrail, dont la fille Marie-Antoinette épousa, le 10 janvier 1734, Mathieu-Marcellin Chaballet, bourgeois.

– Sébastien, marchand, consul. Il acheta, en 1706, le gros poids des marchands, au prix de 11 000 livres. Il eut pour femme Marie Génissieu qui lui donna :

Gabrielle-Marie qui épousa, le 16 janvier 1715, François Duportroux, avocat.

– Jean, marchand, consul, marié en 1694 avec Anne Génissieu, qui le rendit père de :

1° Gabriel, qui suit.

2° Jean-François, né le 20 décembre 1717, écuyer, juge royal et lieutenant général de police, de 1740 à 1766, maire de Romans-sur-Isère du 20 novembre 1780 au mois de décembre 1783. Il laissa aux pauvres, en 1790, une somme de 600 livres.

– Gabriel, juge royal et lieutenant général de police : office acheté d’Antoine Brenier, au prix de 14,500 livres. Marié le 21 février 1733 à sa cousine Marie-Claire Bernon. Celle-ci étant veuve, céda à son beau-frère, par acte du 19 juillet 1740, la charge de juge royal. Elle acquit, en 1742, la terre de Montélégier et en prit le titre qu’elle transmit à ses enfants, qui suivent :

1° Jean-Pierre-Gabriel, qui vient ci-après.

2° Thérèse, née le 11 avril 1739, mariée le 27 avril 1758 avec Alexis de Glasson, capitaine au régiment d’artillerie de Grenoble.

3° Claire, alliée, le 20 janvier 1755, à Jean Duportroux, procureur du roi.

Jean-Pierre-Gabriel, comte de Montélégier, servit dans les mousquetaires, dans le régiment de Bourgogne-cavalerie, et dans le 4ème régiment de chevau-légers. Il prit sa retraite, le 1er mars 1791, avec le grade de maréchal-de-camp et la croix de commandeur de Saint-Louis. Il acheta à Romans-sur-Isère, de M. Duvivier, l’Hôtel des Allées au prix de 36 000 livres. Il est mort le 11 octobre 1833, âgé de 97 ans, laissant son nom et ses biens à son gendre, M. Pavin de La Farge. Il avait eu de Victoire Huvelin, née en Alsace, un fils et deux filles :

1° Le vicomte de Montélégier (Gabriel-Achille-Alphonse), né le 6 janvier 1780, entré au service en qualité de secrétaire du général Bon, en égypte. Colonel du 26ème régiment de dragons en Espagne, général de brigade en 1813 et commandant de la Légion d’honneur ; aide-de-camp du duc de Berry en 1814. Commandant ensuite une brigade de cavalerie de la garde royale, décédé très regretté, à Bastia, le 2 novembre 1825, étant gouverneur de la Corse. Il ne s’était pas marié (1).

2° Joséphine-Olympe-Laure, née en 1785, unie le 10 octobre 1805 à Claude-Auguste Pavin de La Farge.

3° Adélaide, née en 1790, alliée le 18 juillet 1815 à Claude-Romain Mortiller, ancien capitaine de cavalerie.

(1) Mémoires à consulter pour M. le vicomte de Montélégier, Paris, 1820, in-4°. 22 pp.

Armoiries

Famille BernonParti, au 1er d’azur, au chevron d’or accompagné de trois roses d’argent ; au chef cousu de gueules chargé de trois étoiles d’or ; au 2ème d’azur, au lion grimpant d’or, armé et lampassé de gueules.
 
 

Sources : Archives municipales de Romans-sur-Isère – Ulysse Chevalier, Armorial historique de Romans, 1887

Attention : L’Armorial historique de Romans de Ulysse Chevalier est une formidable source pour les recherches mais il contient énormément d’erreurs, principalement dans les dates. Je les corrige au fur et à mesure que je les trouve…

Armoiries : HeraldiqueGenWeb

9 Comments on "Famille Bernon"

Rétrolien | RSS Feed

  1. Jean-Yves dit :

    En moyen français, “turel” signifie “colline, éminence”. La racine de “turail” est probablement la même.

  2. Mangin Bernard dit :

    Bonjour, sur saint Sorlin en valloire 26210, je recherche l’origine du nom du quartier “le turail” que personne à ce jour ne peut me préciser, par ailleurs, fut les terres furent propriété de la famille de Bernon. Une madame de Bernon acheta une demeure pour y créer une école privée, et ne connaissons pas l’origine du bâtiment.
    Peut-être avez-vous connaissance de certaines origines? merci à vous
    Bernard Mangin

  3. Régis FRANCAIS dit :

    Pour répondre à Mme ROCHAS, je pense à un certain LA MARTINIERE, alias Jean-Joseph de BOISSIEU, naturaliste et botaniste parti avec LA PEROUSE en expédition en Extrême-Orient et disparus tragiquement à la veille de la Révolution à Vanikoro (L’épave du bateau aurait été retrouvée récemment).

    Il y a longtemps, j’avais rencontré le Dr Bruno GUIRIMAND qui a réalisé un ouvrage intéressant à son sujet; peut-être y trouveriez-vous des indications ?

    Régis FRANCAIS.

  4. Régis FRANCAIS dit :

    Décidément, félicitations pour avoir corrigé les erreurs publiées dans les notices et autres nobiliaires !

    Tout de même, je serais intéressé par cette union de François (II) BERNON avec cette Thérèse de TURRAIL. S’agit-il d’un 2ème mariage ?.. car je “descends” du mariage de F.II avec Jeanne Thérèse TERNAL, de Tain-l’Hermitage, dont je n’ai à ce jour pas retrouvé la date et le lieu.

    Par ailleurs, il y avait des communications importantes entre le Dauphiné et la Vallée du Rhône. Ainsi, Romans sur Isère faisait le lien avec des villes marchandes comme St Marcellin et Beaurepaire (38) où l’on retrouve des alliances avec des BERNON.

    Un certain nombre de membres de ces familles sont passées par le protestantisme et il est difficile de “remonter” plus avant à moins que quelqu’un connaisse des sources fiables sur ces familles, merci !

    Régis FRANCAIS.
    Historien de formation & généalogiste amateur depuis plus de 30 ans.

  5. Jean-Yves dit :

    Merci, j’ai corrigé. L’Armorial historique de Ulysse Chevalier est une incontournable base de travail mais il contient énormément d’erreurs sur les dates et les noms. Je les corrige au fur et à mesure que je les trouve ou qu’on me les signale.

  6. Etienne Robert dit :

    Le mariage Lafarge x Bernon a eu lieu le 18 vendemiaire an XIV, cad le 18 octobre 1805 et non 1806 !

  7. ROCHAS Joëlle dit :

    Bonjour,
    Je cherche à identifier un « Monsieur Bernon », probablement naturaliste amateur, qui, parti de Grenoble en mars 1764, voyagea en Provence et en Italie (Milan) avec le riche négociant grenoblois Raby (dit Raby l’Américain), lequel avait été propriétaire à Saint-Domingue aux Antilles, avait voyagé aux Amériques et possédait à Grenoble un cabinet de curiosités (spécimens d’Amérique et minéraux des Alpes). Raby était franc maçon, athée, amateur de musique… et de dames. Il a voyagé en Europe également (Londres et l’Europe du Nord). Il est l’un des créateurs de la bibliothèque et du cabinet d’histoire naturelle de Grenoble. Qui est son compagnon accompagnateur Bernon? Une origine à Romans est probable.
    Merci des renseignements que vous pourrez me fournir (sans lisibilité sur le net).

    Joëlle Rochas
    Docteur en Histoire
    Conservateur des bibliothèques
    Auteur d’une thèse sur les origines scientifiques du Muséum d’histoire naturelle de Grenoble

  8. Jean-Yves dit :

    Je ne connais aucune réprésentation de l’hôtel des Allées mais je ferai une recherche approfondie la prochaine fois que j’irai aux archives.

    Concernant les armoiries et le renvoi pour le vicomte de Montélégier, je vous remercie très sincèrement de m’avoir signalé ces erreurs et oublis. J’ai corrigé.

    Si vous avez des informations complémentaires sur la famille Bernon, je suis preneur…

    Bien cordialement,
    Jean-Yves

  9. abbé de Jerphanion dit :

    Merci de votre article. Je suis parent des Bernon.
    Existe-t-il une gravure représentant l’hôtel des Allées ?
    Gabriel Achille Alphonse a, à la fin de sa notice : (1) sans la suite. Pourquoi ?
    Les armoiries données donnent de Clérieu. Ne faut-il pas lire Bernon, ou alors les Bernon auraient pris les armoiries de Clérieux.
    L’abbé de Jerphanion

Publier un commentaire