Famille Thomé

Famille ThoméTHOME. Cette honorable famille remonte fort loin dans les annales de Romans-sur-Isère. Elle a fourni des magistrats distingués et de bons citoyens. Sa monographie exigerait des développements, qui ne peuvent trouver place ici. Nous sommes donc obligé de nous borner à citer les personnages suivants :

La famille Thomé se divisa en plusieurs branches, qui s’implantèrent à Paris, à Grenoble, dans le midi du Dauphiné et à Lyon, ou l’on trouve Romain Thomé, échevin, qui harangua, le 16 décembre 1600, Marie de Médicis, la nouvelle épouse de Henri IV; un lieutenant des maréchaux du Lyonnais, qui commanda la force armée pour l’exécution de Saint-Mars et de Thou, le 12 juillet 1642; Mathieu Thomé, trésorier de l’extraordinaire des guerres, né le 4 décembre 1710, mort le n novembre 1780, etc. (1).

Quant à la branche principale restée à Romans-sur-Isère, en voici un résumé très succinct :

– Philippe, notaire et procureur fiscal de la cour commune en 1493.

– Pierre, écuyer, marié le 3 juin 1499 à Catherine de Falatier, fille de François et de Catherine Artaud de Montauban, dont il eut : 1° Claude ; 2° Jean; 3° Pierre.

– Claude, docteur en droit, juge royal en 1509, ll fut chargé de haranguer François Ier à son arrivée à Romans-sur-Isère en 1533, ll vendit sa charge à Antoine Guérin et devint conseiller au parlement de Chambéry. Il testa en 1582, laissant de Louise Chastaing de la Sizeranne une fille, nommée Barbe, qui fut mariée à Joseph de Ventes.

– Michel, seigneur de Sablières et coseigneur de Barcelonne, docteur en droit, procureur du roi à Romans-sur-Isère en 1560. Il montra beaucoup de fermeté pendant les guerres de religion et passa au mème titre au baillage de Saint-Marceilin. Il fut marié à Barbe Plomer.

La famille Thomé a fourni les magistrats suivants, qui furent conseillers au parlement de Grenoble :

– Michel, qui précède, par lettres royales du 30 novembre 1569.

– Romain, seigneur de la Sablière, du 7 octobre 1595, mort en 1602.

– Pierre, du 17 décembre 1646: il avait été trésorier de France en 1629, et marié à Suzanne Truffel ; il mourut le 15 mars 1653.

– Jérome, sieur de la Carré, du 10 mars 1659; il s’était marié le 14 octobre 1639 à Marguerite Silvestre, dont il se sépara en 1673, et décéda le 7 mai 1675 au Laris.

– Laurent, frère du précèdent, sieur de Chavaix, du 30 janvier 1676, auparavant juge royal de Romans-sur-Isère; marié à Antoinette de Pourroy, mort le 18 juin 1684.

– Joachim, fils de Laurent, sieur de Saint-Christophe, du 11 avril 1720, honoraire en 1740.

– Jean-Antoine, avocat, fut recteur de l’hôpital général, puis juge au tribunal du district en 1791 et mourut le 15 septembre 1796. Il avait épousé, en 1778, Florence Lambert.

M. Paul Thomé, licencié en droit, inscrit au barreau de Valence, fils de feu Joseph-Régis, notaire à Bourg-de-Péage, et d’Augustine-Adèle Maisonneuve, était, en 1887, le seul représentant de la branche de Romans-sur-Isère.

Armoiries

D’azur, à une tête de cerf coupée d’or.

(1) L’abbé Pernetti. Les Lyonnois dignes dc mémoire, T. n, p. 62. – Breghot du Lut ct Péricaud aîné. Biographie lyonnaise, p, 295

Sources : Archives municipales de Romans-sur-Isère – Ulysse Chevalier, Armorial historique de Romans, 1887

Attention : L’Armorial historique de Romans de Ulysse Chevalier est une formidable source pour les recherches mais il contient énormément d’erreurs, principalement dans les dates. Je les corrige au fur et à mesure que je les trouve…

29 Comments on "Famille Thomé"

Rétrolien | RSS Feed

  1. chopard dit :

    Dans mes recherches sur la famille MENURET de MONTELIMAR, BAIX, PARIS etc.. j’ai trouvé un X à BAIX 07 de Jeanne MENURET °1687 et X à BAIX le 21 Fev. 1705 avec Paul THOME de la FREYDIERE avocat. Toutes infos sur ces familles m’intéressent.

    cordialement.

    H.CHOPARD

  2. Paul Thomé dit :

    A l’attention de Vincent du Chélas. Mon arière grand père est mort le 8 Septembre 1914 à Sommesous lors de la bataille de La Marne. il s’appelait Georges Thomé de Charaix. Une promo de réserve de Saint Cyr porte son nom.
    C’est de lui que naquit jeanne Thomé de Charaix, mère de Philippe de dieuleveult et mon grand-père Paul.

    Bien cordialement,

    Paul Thomé

  3. La mère de Philippe de DIEULEVEUT était une THOME.

  4. Pour Amaury Thomé
    Je lis votre message avec retard.
    Je n’ai pas d’information.
    Pour ma branche Thomé, ils évoluent du Parlement vers marchand puis nous passons par les femmes.
    Bernard REYNAUD
    PS Mon problème dans l’arbre est Catherine Artaud de Montauban : est-ce la fille d’Anne de CHAPONAY, descendante du PALMIER 1er premier président du Parlement de Grenoble ?
    Le lien est crucial car les CHAPONAY et les PALMIER relient au patriciat de Lyon décrit par Guy de VALOUS dans “Le Patriciat lyonnais aux XIIIe et XIVe siècles”, très documenté et précieux pour le généalogiste.

  5. du Chélas Vincent dit :

    message à l’attention d’Amaury Thomé.
    Ma famille originaire de Romans (Reymond-Merlin) s’est alliée aux Thomé par le mariage de Jacques Reymond-merlin avec Madeleine Thomé en 1598 fille de Jean marchand drapier, je crois puis avec Barbe Thomé née à Romans le 18 /01/1586 petite fille de Mathelin(gg20 v24)vers 1609. Auriez vous des renseignements (dates, filiations )sur ces 2 femmes.
    merci d’avance
    Cordialement
    Vincent du Chélas

  6. Amaury Thomé dit :

    Message à l’attention de Bernard Reynaud de Beynost

    Dans l’arbre généalogique de la famille, je trouve que Pierre Thomé s’est marié le 3 juin 1499 avec Catherine Falatier. Ils eurent 3 garçons: Claude Jean et Pierre.

    La famille Thomé a été maintenu noble en 1478 mais je ne sais pas quand, ni comment elle est retournée à la roture. Je pose cette hypothèse car je n’ai pas retrouvé d’autre confirmation de noblesse aux siècles suivants.

    Savez vous pourquoi?

    Amaury Thomé

  7. Jean-Yves dit :

    Comme indiqué dans les sources, les infos données dans cette biographie de la famille Thomé proviennent de l’Armorial historique de Romans de Ulysse Chevalier (1887) sans aucune vérification.

    Malheureusement, j’ai déjà constaté de nombreuses erreurs dans cet ouvrage (noms, dates, lieux) et je corrige au fur et à mesure que j’en trouve.

    Je ne peux pas vous confirmer que le mariage dont vous parlez est correct.

    Cordialement,
    Jean-Yves Baxter

Publier un commentaire