Par 26 décembre 2006 4 Commentaires Lire →

Jules Joseph Alexandre Pélisse, Mort pour la France le 2 octobre 1915

Jules Joseph Alexandre Pélisse, Mort pour la France le 2 octobre 1915Pélisse, Jules Joseph Alexandre

Jules Joseph Alexandre Pélisse est né le 30 août 1864 à Pierrelatte, Drôme, au domicile de ses parents, de Eloi Xavier Pélisse, âgé de 32 ans, menuisier, et de Delphine Husson, âgée de 28 ans, sans profession, domiciliés à Pierrelatte, Drôme. Ses parents étaient domiciliés en dernier lieu à Pierrelatte, Drôme.

Il était veuf en premières noces de Berthille Augusta Bénédicte Blanc et a épousé Marie Louise Sophie Gache le 20 juillet 1907 à Romans, Drôme (elle était domiciliée en dernier lieu à Romans, Drôme). Il était domicilié en dernier lieu à Romans, Drôme.

Il avait le grade de chef de bataillon au 75è Régiment d’Infanterie, classe 1884, n° de matricule 742 au Corps.

Il est mort le 2 octobre 1915, à 3 heures 15, à l’hôpital du du Val-de-Grâce, Paris, des suites de blessures de guerre.

Le décès a été inscrit sur les registres de décès de Romans, Drôme : transcription 1915/85 du 28 octobre 1915.

Chevalier de la Légion d’Honneur par décret du 30 décembre 1908.

Il a été inhumé au cimetière municipal de Romans, Drôme, dans le caveau familial (dernier lieu d’inhumation connu).

Le jugement “Mort pour la France” a été transcrit le 28 octobre 1915 à Romans, Drôme.

Il est inscrit sur la plaque commémorative de l’Hôtel de Ville de Romans, Drôme, sous le nom de “Pélisse Jules”.

Il est inscrit sur le Livre d’Or de Romans, Drôme.

Il est inscrit sur le Monument aux Morts de Pierrelatte, Drôme.

Note : Certaines villes citées dans cette page ont pu changer de nom depuis la fin de la Première Guerre Mondiale (par exemple, “Romans, Drôme” est devenu “Romans-sur-Isère, Drôme”). Tous les changements de noms sont référencés sur la page Liste des villes dont le nom a changé depuis la fin de la Première Guerre Mondiale.

Sources : Archives municipales de Romans-sur-Isère : 4 H 4, Militaires décédés, 1914-1918 ; 4 H 6, Morts pour la France : avis de décès, 1914-1924 ; 4 H 7, Militaires français prisonniers de guerre, 1915-1918 ; 4 H 8, Prisonniers de guerre, 1914-1920 ; 4 H 11, Citations, 1915-1919 ; 4 H 11, Croix de Guerre, 1916 ; 4 H 11, Mort pour la France ; courriers, 1915-1924 ; 4 H 11, Mort pour la France : listes, 1915-1924 ; 4 H 11, Plaque Commémorative, 1916 ; 1 M 10, Monument aux morts, liste des victimes, 1919-1934 ; 2 M 9, Militaires Morts pour la France enterrés au cimetière : correspondance, liste, 1925-1938 ; 2 M 9, Carré et sépultures militaires : plans, correspondance, 1911-1934 ; 2 M 9, Contrôle des Morts pour la France, 1925-1939 ; 5 N 1, Souvenir Français : liste, 1920 ; Mairie de Romans-sur-Isère : Etat civil, registres des décès, 1914-1921 ; Cimetière de Romans-sur-Isère : Registre des inhumations, 1906-1938 ; Registre des inhumations et exhumations, 1910-1944 ; Plaque commémorative de l’Hôtel de Ville de Romans-sur-Isère ; Carré Militaire au cimetière municipal de Romans-sur-Isère ; Ministère de la Défense, SGA Mémoire des Hommes : Fiches Morts pour la France, 1914-1918 ; Sépultures de Guerre, 1914-1918 ; Journal L’Illustration, Tableau d’Honneur des Morts pour la France, 1914-1918 ; Base Léonore des Archives nationales (dossiers nominatifs des personnes nommées ou promues dans l’Ordre de la Légion d’honneur) ; Archives nationales d’Outre-Mer ; Archives départementales de la Drôme.

4 Comments on "Jules Joseph Alexandre Pélisse, Mort pour la France le 2 octobre 1915"

Rétrolien | RSS Feed

  1. Jean-Yves Baxter dit :

    Oui, j’avais bien mentionné ses deux épouses dans la biographie.

  2. Adam Craponne dit :

    Il a eu deux épouses, le seconde était originaire de Romans où ses parents étaient dans la chaussure.

  3. Adam Craponne dit :

    Lire “l’Ecole militaire de Saint-Maixent-l’Ecole” et non “l’Ecole militaire d’Exoudun”. Ces deux communes étant proches, j’ai fait un lapsus.

  4. Adam Craponne dit :

    Une image de lui ici

    http://wintzenheim1418.free.fr/logelbach5_Pelisse/logelbach5.htm

    Il est passé par l’Ecole militaire d’Exoudun où son nom est sur les murs extérieurs et au monument aux morts. Cette école formait les officiers qui avaient d’abord été sous-officiers.

    Un de ses arrières-petits-enfants.

Publier un commentaire