La rue du Refuge

La rue du RefugeEn l’an 1700, une pieuse et charitable fille nommée Clémence Bouvier disposa de son habitation en faveur de la Compagnie de Bon Secours pour servir de refuge à des filles repenties.

Quarante ans plus tard, les biens de cette confrérie furent réunis à l’hôpital général et cette maison fut utilisée pour diverses bonnes œuvres telles que la congrégation de Sainte-Marthe puis une institution d’enseignement dirigée par des prêtres et des religieux, l’école des Frères de la doctrine chrétienne.

En 1821, la ville passa une convention avec l’hospice pour la cession définitive de la maison du Refuge. En l’année 1836, les locaux de la maison du Refuge “étant dans un tel état de dégradation que c’était peine et argent perdus que de chercher à la réparer”, le Conseil municipal décida de la reconstruire entièrement à neuf. Mais cela ne fut pas fait et, en 1842, la maison fut en grande partie démolie pour faire place à une nouvelle voie de communication.

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2016/07/02/la-rue-du-refuge-le-refuge-des-filles-repenties

Publier un commentaire