Le Dauphiné Libéré, 28 mars 2013 : “Le monastère de Sainte-Ursule livre ses secrets”

Le Dauphiné Libéré, 28 mars 2013 : "Le monastère de Sainte-Ursule livre ses secrets"Le Dauphiné Libéré, 28 mars 2013

(Re)découverte exceptionnelle en centre-ville

Le monastère de Sainte-Ursule livre ses secrets

D’aucuns pensaient que le monastère des Ursulines avait complètement disparu. Or, il n’en est rien. L’historien local romanais Jean-Yves Baxter a redécouvert des vestiges de cet ancien monastère : “Aussi étonnant que cela puisse paraître, il était tombé dans l’oubli depuis une quarantaine d’années, la plus récente trace que j’en ai trouvée date de 1973”. “Et les habitants actuels des lieux étaient loin de s’imaginer qu’ils vivaient dans l’ancien monastère des Ursulines. Pourtant, subsistent encore quelques vestiges exceptionnels tels qu’un plafond voûté, des murs d’escalier, une colonne et, pièce maîtresse, le puits des Ursulines !”, précise-t’il.

Petit retour sur l’histoire de ce monastère. Deux soeurs pieuses, Jeanne et Angèle Michel, filles d’un marchand de Romans, après s’être formées à l’école des Ursulines de Valence, commencèrent dès l’année 1608 à jeter les fondements de leur communauté. Le monastère de Sainte Ursule était composé de deux principaux corps de bâtiments, séparés par une cour et un petit jardin qui servait de cimetière. Le mur de clôture ayant été démoli par le peuple, le 3 octobre 1792, on put dès lors communiquer de la place Jacquemart à la Villeneuve par une voie aujourd’hui appelée côte Sainte Ursule.

A lire aussi sur le site du Dauphiné Libéré : http://www.ledauphine.com/drome/2013/03/28/le-couvent-des-ursulines-livre-ses-secrets

2 Comments on "Le Dauphiné Libéré, 28 mars 2013 : “Le monastère de Sainte-Ursule livre ses secrets”"

Rétrolien | RSS Feed

  1. Jean-Yves dit :

    Bien entendu ! Si j’oubliais, n’hésitez pas à me le rappeler… Cordialement.

  2. Philippe Annaert dit :

    Pouvez-vous me tenir au courant de la parution du livre consacré aux ursulines de Romans. Je m’intéresse en effet à cet ordre auquel j’ai consacré ma thèse de doctorat voici près de 25 ans et un livre “Les collèges au féminin”, paru en 1992. Romans est une des plus anciennes fondations de l’ordre en France et son histoire est fort mal connue. A l’époque de la fondation, les ursulines sont des séculières, sorte de vierges consacrées. Elles se cloîtreront peu après. Voir l’excellente thèse du regretté Claude-Alain Sarre, Vivre sa soumission (décédé en décembre 2012).

Publier un commentaire