Le nom des enfants trouvés

Le nom des enfants trouvésAu début du XIXè siècle, à Romans, de nombreux nouveau-nés étaient abandonnées, la majorité d’entre-eux dans le tour d’abandon de l’hospice et les autres, sur le pas d’une porte en ville :

– en 1835, sur 345 déclarations de naissances, 102 concernaient des enfants trouvés, soit trois nouveau-nés sur dix étaient abandonnés à la naissance,
– en 1845, sur 345 déclarations de naissances également, 60 concernaient des enfants trouvés, soit près de deux nouveau-nés sur dix étaient abandonnés à la naissance.

Les tours d’abandon étaient des abris dans lesquels les mères pouvaient laisser leurs nouveau-nés pour qu’ils y soient trouvés et pris en charge. Il s’agissait, le plus souvent, d’une ouverture dans un mur extérieur permettant de déposer les enfants à l’abri et pour qu’ils soient récupérés par le personnel de l’hôpital.

En ces temps de grande misère, l’abandon était toujours un acte très douloureux pour la mère qui n’avait pas d’autre choix pour donner quelques chances de survie à ses enfants.

Le nom de ces enfants trouvés était donné par l’officier de l’état civil lors de leur inscription dans le registre des naissances. Ces noms reflètent ainsi un état d’esprit et peuvent concerner le caractère ou un trait physique de l’enfant, le temps qu’il faisait lors de sa découverte, un nom de lieu, une référence à la religion, mais aussi des thèmes bien plus étonnants.

Le plus souvent, ces noms sont intégralement transcrits mais ils peuvent aussi être déguisés en modifiant leur orthographe et en ajoutant ou en supprimant des lettres ou des syllabes.

La liste qui suit n’est pas du tout exhaustive mais j’ai cherché le plus largement possible dans les registres des naissances de Romans-sur-Isère pour montrer la variété des thèmes abordés dans l’attribution des noms des enfants trouvés :

Les variations sur le nom de Romans – Joachim Romany, trouvé le 26 mars 1836 dans le tour de l’hospice, Clair Romanos, trouvé le 1er janvier 1841 près de la porte d’entrée de l’hospice, André Auguste Romans-Ville, trouvé le 29 mai 1849 dans la rue de la Lanterne, Lucie Romanille, trouvée le 21 mars 1887 à la porte de l’hospice, etc.

Le caractère de l’enfant – Dosithé Hilaria, trouvé le 24 février 1837 dans le tour de l’hospice, Martine Joyeuse, trouvée le 29 janvier 1845 près de la porte d’entrée de l’hospice, etc.

Les traits physiques de l’enfant – Louis Hautemain, trouvé le 5 avril 1832 dans le tour de l’hospice, Chrisostome Bouchedor, trouvé le 26 janvier 1844 dans le tour de l’hospice, Victor Belenfant, trouvé le 21 juillet 1849 à la porte de l’hospice, etc.

La météorologie – Eléonor Hyppolite Redoux, trouvé le 26 janvier 1830 dans le tour de l’hospice, Paul Frimat, trouvé le 15 janvier 1856 à la porte de l’hospice, Silvestre Gel, trouvé le 20 novembre 1859 à la porte de l’hospice, etc.

Les mois de l’année – Ludoxie Mars, trouvée le 29 février 1860 (enregistrée le 10 mars) dans l’église Saint-Barnard, Philippine Mai, trouvée le 1er mai 1861 à la porte de l’hospice, etc.

Les couvents et quartiers locaux – Marie Saint-Just, trouvée le 1er septembre 1835 dans le tour de l’hospice, Marie Caroline Balmes, trouvée le 30 août 1842 dans le tour de l’hospice, Jérôme Garenne, trouvé le 30 septembre 1854 à la porte de l’hospice, etc.

Les lieux lointains – Théodore Bresil (sans accent sur le “e”), trouvé le 23 janvier 1828 dans le tour de l’hospice, Elisa Larabie, trouvée le 7 janvier 1830 dans le tour de l’hospice, Joseph Victor Moscou, trouvé le 3 mars 1830 dans le tour de l’hospice, Louis Montréal, trouvé le 3 avril 1838 dans le tour de l’hospice, etc.

Les références chrétiennes – Balthazard Melchior, trouvé le 6 janvier 1828 dans le tour de l’hospice, Marie Nativité, trouvée le 7 septembre 1838 dans le tour de l’hospice, Jacques Ramaux (sans “e”), trouvé le 15 avril 1859 au portail de la basse-cour de l’hospice, etc.

Les mythes et légendes – Nestor Romulus, trouvé le 26 février 1845 près de la porte d’entrée de l’hospice, Moïse Samson, trouvé le 11 octobre 1861 à la porte de l’hospice, etc.

Les rois et empereurs – Marie Laurence Justinien, trouvée le 10 septembre 1816 sur une des marches de l’escalier qui est près de la porte d’entrée de l’hospice, Marie Adèle Clovis, trouvée le 9 décembre 1828 dans le tour de l’hospice, etc.

Les auteurs classiques – Joseph Homère, trouvé le 4 juillet 1825 dans le tour de l’hospice, Ferdinand Platon, trouvé le 4 avril 1833 dans le tour de l’hospice, Laurent Virgile, trouvé le 13 février 1843 dans le tour de l’hospice, Marin Racine, trouvé le 12 novembre 1853 à la porte de l’hospice, etc.

La musique – Marie Augustine Decantatice (sans “r”), trouvée le 20 mai 1817 sur une des marches de l’escalier qui est près de la porte d’entrée de l’hospice, Mathilde Mélodie, trouvée le 12 avril 1839 dans le tour de l’hospice, etc.

Les fleurs – Marie Bellefleur, trouvée le 12 avril 1828 dans le tour de l’hospice, Laurence Narcisse, trouvée le 9 août 1833 dans le tour de l’hospice, Silvie Muguet, trouvée le 4 avril 1844 dans le tour de l’hospice, etc.

Les inclassables – Etienne Gourdin, trouvé le 17 mars 1821 dans le tour de l’hospice, Marie Espérance Lapin, trouvée le 30 juillet 1829 dans le tour de l’hospice, Thérèse Malachic, trouvée le 2 novembre 1837 dans le tour de l’hospice, etc.

Sources : Archives municipales de Romans-sur-Isère, Registres d’état civil – Illustration : Gustave Doré, ancien tour de l’Hospice des enfants trouvés à Paris

Publié dans: 19è siècle, Vie et Métiers

Publier un commentaire