Les brevets d’invention déposés par les romanais au XIXè siècle

Les brevets d'invention déposés par les romanais au XIXè siècleDe l’attrape-mouches au micromètre stadimétrique, du porte-pipe à un nouveau système d’éclairage au gaz, d’un établi mobile de cordonnier à la construction de générateurs à vapeur, certains romanais ont fait preuve d’inventivité !

Et comme ils ont eu la bonne idée de déposer des brevets, il nous est aujourd’hui possible d’en faire remonter la mémoire.

Voici donc la liste des brevets d’invention déposés par les romanais au XIXè siècle et dans les premières années du XXè siècle.

Le 26 octobre 1836, Antoine Joseph Vagneur, commissaire priseur, demeurant à Romans, département de la Drôme, auquel il a été délivré le certificat de sa demande d’un brevet de perfectionnement et d’addition au brevet de perfectionnement de dix ans, pris le 28 novembre 1829, par MM. Rambourg et Doumarez, demeurant dans le département de la Dordogne, pour des perfectionnements apportés à la chasse dite à la Doumarez. Ledit certificat pris en sa qualité de cessionnaire dudit brevet, pour les départements des Hautes-Alpes, de l’Isère et du Vaucluse, ainsi que pour celui de la Drôme, excepté le canton de Romans et la boutique de M. J.-J. Berard, du bourg du Péage, et ne devant avoir effet que dans ces localités.

Le 26 mai 1837, Pierre Charollais, ingénieur civil, demeurant à Romans, département de la Drôme, auquel il a été délivré le certificat de sa demande d’un brevet d’invention et de perfectionnement de dix ans, pour un nouveau système d’éclairage au gaz hydrogène et de fabrication de noir animal (charbon obtenu par la calcination d’os animal).

Le 9 juin 1844, Raymond Marie Martial Fauré, teinturier, demeurant à Romans, département de la Drôme, auquel a été délivré le certificat de sa demande d’un brevet d’invention de dix ans, pour un procédé propre à teindre en écarlate, jaune, vert, etc. avec réserve, les housses, ravats ou peaux de moutons préparées, servant dans la bourrellerie.

Le 16 janvier 1854, brevet d’invention de quinze ans, au sieur Raymond Marie Martial Fauré, demeurant à Romans, département de la Drôme, pour la teinture des peaux de moutons, agneaux et lapins.

Le 17 juillet 1868, brevet d’invention de quinze ans, à M. Aurenche, demeurant à Romans, département de la Drôme, pour diverses applications de caoutchouc et de gutta-percha (gomme issue du latex naturel) destinées aux engins des dévidoirs des soies écrues et cuites, et des cotons.

Le 7 novembre 1868, brevet d’invention de quinze ans, à M. Aurenche, demeurant à Romans, département de la Drôme, pour un système de crapaudine (pièce de métal) ou carcagnole employée dans la fabrication des matières textiles.

Le 23 novembre 1877, brevet d’invention de quinze ans, à M. Tardy, demeurant à Romans, département de la Drôme, pour un établi mobile de cordonnier.

Le 14 mai 1878, brevet d’invention de quinze ans, à M. Champion, demeurant à Romans, département de la Drôme, pour des perfectionnements à la construction des générateurs à vapeur.

Le 10 juin 1880, brevet d’invention de quinze ans, à M. Rey, demeurant à Romans, département de la Drôme, pour une scie polisseuse.

Le 10 juillet 1880, brevet d’invention de quinze ans, à M. Rey, demeurant à Romans, département de la Drôme, pour un porte-pipe à jour, soit en bois, soit en métal.

Le 28 avril 1881, brevet d’invention de quinze ans, à M. Fesselet demeurant à Romans, département de la Drôme, pour une nouvelle baratte destinée à la fabrication du beurre.

Le 10 septembre 1883, brevet d’invention de quinze ans, à M. Gaillard fils, demeurant rue faubourg Jacquemart, rue Gaillard, à Romans, département de la Drôme, pour des formes dites sans vis extérieures.

Le 15 octobre 1883, brevet d’invention de quinze ans, à M. Tardy, demeurant 24 rue Pêcherie, à Romans, département de la Drôme, pour un attrape-mouches.

Le 13 mars 1884, brevet d’invention de quinze ans, à M. Levrotti, demeurant à Romans, département de la Drôme, pour une composition destinée à peindre sur le ciment, sur la pierre et sur le fer.

Le 17 mai 1888, brevet d’invention de quinze ans, à M. Pailherey, demeurant à Romans, département de la Drôme, pour un système de bouchage à levier pour les boissons et eaux gazeuses et les liquides ou matières susceptibles de fermentation.

Le 15 avril 1889, brevet d’invention de quinze ans, à M. Clermont, demeurant à Romans, département de la Drôme, pour un porte-bagages, système Clermont.

Le 8 mai 1889, brevet d’invention de quinze ans, à M. Courtel, demeurant rue du faubourg Jacquemart, à Romans, département de la Drôme, pour un système de devanture en fer à équilibre constant.

Le 17 août 1889, brevet d’invention de quinze ans, à M. Tardy, demeurant 24 rue Pêcherie, à Romans, département de la Drôme, pour des tuyaux élévateurs.

Le 31 mars 1891, brevet d’invention de quinze ans, à M. Clermont, demeurant à Romans, département de la Drôme, pour un support de bicyclettes.

Le 18 janvier 1892, brevet d’invention de quinze ans, à M. Clermont, demeurant à Romans, département de la Drôme, pour un serre-frein, système Clermont, pour vélocipèdes.

Le 27 mars 1899, brevet d’invention de quinze ans, à M. Pupat, demeurant à Romans, département de la Drôme, pour un enduit lithoïde (qui a l’apparence de la pierre) français.

Le 25 novembre 1899, brevet d’invention de quinze ans, à M. Levrotti, demeurant à Romans, département de la Drôme, pour une composition pour enduire des boyaux ou tuyaux de toile pour pompes à incendie, et toiles pour bâches, et tous objets en toile devant faire un service dans l’eau.

Le 30 avril 1903, brevet d’invention de quinze ans, à M. W. Mosnier, demeurant 23 place de la République (aujourd’hui place Maurice Faure), à Romans, département de la Drôme, pour un nouveau bandage herniaire.

Le 12 octobre 1903, brevet d’invention de quinze ans, à M. E. Tardy, demeurant 24 rue Pêcherie, à Romans, département de la Drôme, pour une chaussure cramponnée.

Le 29 avril 1905, brevet d’invention de quinze ans, à M. A. Domenighetti, demeurant à Romans, département de la Drôme, pour un micromètre stadimétrique pour jumelles ou lunettes.

Sources : Archives municipales de Romans-sur-Isère – Illustration : Publicité des “Armes et Cycles L. Clermont”, Almanach du Bonhomme Jacquemart, 1913 – Bulletin des Lois de la République Française.

Publier un commentaire