Une romanaise victime de bigamie en 1887 !

Une romanaise victime de bigamie en 1887 !Le 18 janvier 1892, la police de la ville d’Orange (Vaucluse) a mis en état d’arrestation un cordonnier nommé Jean Boissin, coupable de bigamie.

Jean Boissin est né le 3 juillet 1861 à Uzès (Gard) de Sophie Augustine Boissin et de père inconnu.

Le 5 novembre 1881, à Romans, il épousa Elisabeth Baptistine Pascalin, née le 7 août 1864 à Suze-la-Rousse (Drôme) de Baptiste Pascalin et Elisabeth Amblard, cultivateurs à Romans.

De cette union, est née, toujours à Romans, Béatrix Eliza, le 21 mars 1883.

La lune de miel ne fut pas longue et bientôt, Jean Boissin, qui habitait alors à Nîmes (Gard), quitta le domicile conjugal et vint se fixer à Vaison-la-Romaine (Vaucluse) en août 1887.

Le 31 décembre de la même année, il épousa dans cette commune Félicité Louise Bioux, appartenant à une honorable famille. Un enfant naquit de ce second mariage.

Mais la première femme finit par apprendre le second mariage de son mari et le 18 janvier 1892, elle se présenta, avec sa fille âgée de neuf ans, au bureau de police d’Orange pour faire connaître cette situation illégale.

Boissin, qui habitait alors Orange, boulevard de la Meyre, fut mandé pour être confronté avec la plaignante.

Il a fait des aveux complets et a été écroué à la maison d’arrêt.

On juge du chagrin et de l’étonnement de la seconde femme.

Sources : Archives municipales de Romans-sur-Isère, Etat civil, E 98 et E 100 – Archives départementales du Vaucluse, Etat civil, Vaison-la-Romaine – Le Figaro, 20 janvier 1892.

Publié dans: 19è siècle, Vie et Métiers

Publier un commentaire