Albert Triboulet, Mort pour la France

Albert Triboulet, Mort pour la FranceRomanais d’adoption, Albert Triboulet était un montagnard de Briançon, dans les Hautes-Alpes, où il est né le 29 octobre 1901.

Il était professeur de latin et maître d’éducation générale au Collège de Romans-sur-Isère.

Entré en Résistance dès le début de la Seconde Guerre Mondiale, il a recruté de nombreux résistants dans le Maquis, fourni des fausses cartes d’identité, accueilli chez lui des traqués, des juifs en particulier.

Sous le nom de Lieutenant Marc, il a recruté et animé la Compagnie romanaise et péageoise de Francs-Tireurs du Vercors.

Il était ce que, dans les armées populaires, on appelle le commissaire politique. Rôle très difficile où il faut du doigté, de la diplomatie et de l’autorité. Ces qualités, il les avait en même temps qu’un bel idéalisme.

Au début du mois de juillet 1944, il accomplit une dangereuse mission de liaison pour la commission américaine.

Le 29 juillet, en essayant de franchir un barrage ennemi à Saint-Just-de-Claix, il tombe entre les mains des allemands.

Le 1er août au soir, avec neuf autres maquisards, il est fusillé, les mains attachées au dos, devant une fosse creusée par des jeunes l’après-midi, dans le parc du château de Saint-Nazaire-en-Royans.

Il avait 43 ans.

Il a été inhumé dans le cimetière de Romans, le 3 novembre 1944.

Albert Triboulet recevra la Légion d’Honneur et la Croix de Guerre à titre posthume, avec citation : “Le Lieutenant Triboulet a incarné l’esprit de résistance à Romans depuis 1942. Officier adjoint au commandant de la Compagnie, chargé par la mission interalliée d’une mission délicate dans le Briançonnais, s’acquitta de cette tâche brillamment. Tombé à l’ennemi le 29 juillet 1944.”

En 1959, la Ville de Romans-sur-Isère donne son nom à l’établissement scolaire du boulevard Gambetta.

Albert Triboulet repose au cimetière ancien de Romans-sur-Isère.

Sources : Archives municipales de Romans-sur-Isère, Série FLR – Fonds local et régional – 1 FLR 407, La Libération de nos villes, Le Patriote romanais et péageois, 1945, pp. 139 et 140

1 Comment on "Albert Triboulet, Mort pour la France"

Rétrolien | RSS Feed

  1. alisonela dit :

    Albert Triboulet était surtout professeur d’italien. Personne ne le mentionne jamais mais si on fait un petit tour au 3ème étage du lycée on peut voir une plaque en sa mémoire qui le mentionne devant les salles, anciens amphithéâtres.

Publier un commentaire