Des capsules temporelles à Romans

Une capsule temporelle est une cache historique contenant des objets destinés aux générations futures. À Romans, nous avons parlé d’une capsule temporelle en juillet 2014, lorsque qu’un parchemin comprenant 522 noms de militaires morts pour la France durant la Première guerre mondiale a été retiré du monument aux morts de la place du Champ de Mars, alors qu’il y avait été déposé en 1934.

Les capsules temporelles les plus fréquemment rencontrées ont été enterrées lors de célébrations de pose de la première pierre et nous savons qu’il en existe plusieurs à Romans. En voici quelques-unes.

En 1853, la loge maçonnique Romanaise, “L’Union des Deux Cantons”, achète un terrain, sur l’actuelle avenue Pierre Semard, pour y construire son temple. Au mois d’août, la première pierre du bâtiment, contenant une boîte en plomb avec, à l’intérieur, un parchemin sur lequel sont inscrits les noms des Frères et des pièces de monnaie, est solennellement posée.

Le 22 juillet 1888, le président de la République, Sadi Carnot, est à Romans. À la fin de sa visite, il pose la première pierre du monument des États du Dauphiné, sur l’actuelle place Carnot. Il signe le procès-verbal de la cérémonie et le met dans une boîte de plomb avec toutes les monnaies frappées en 1888. On enfonce la boîte, avec un tas d’affaires, dans un trou que l’on bouche et que le président scelle avec du mortier. Il emporte la truelle et les autres outils sur lesquels une inscription rappelle la cérémonie.

Au soir du 15 août 1937, jour de l’assomption de Marie, Monseigneur Pic, évêque de Valence, est venu bénir la première pierre de l’église Notre-Dame de Lourdes. D’un geste, le chanoine Prudhomme, curé de la paroisse Saint-Nicolas, décrit l’emplacement et les dimensions de la future église, et donne lecture du parchemin portant l’acte commémoratif de la bénédiction. Puis, cet acte est scellé dans la première pierre par Monseigneur Pic.

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2017/04/17/ces-capsules-temporelles-insoupconnees

Sources : Archives municipales de Romans-sur-Isère – Illustration : Bénédiction de la première pierre de l’église Notre-Dame de Lourdes.

Publier un commentaire