La rue Jean Perriolat

La rue Jean PerriolatJean Perriolat est né le 12 juin 1920 à Romans.

À l’âge de seize ans, il est employé à l’épicerie-droguerie Boutin puis à l’usine Meillon et un an plus tard, il adhère à la Jeunesse Ouvrière Chrétienne. En mars 1943, il part en Allemagne, requis pour le Service du Travail Obligatoire (STO). Arrivé à Breslau (aujourd’hui Wrocław, en Pologne), il est affecté au camp de Hirschberg, à l’entretien d’une usine de produits chimiques employant 5 000 travailleurs forcés.

Fidèle à sa foi, il mène des activités courageuses, devient responsable de l’action catholique en Basse-Silésie, obtient des messes spéciales pour les français. Ces activités lui valent d’être finalement arrêté et, en décembre 1944, il est transféré au camp de concentration voisin de Gross-Rosen.

L’arrivée de l’armée russe oblige les nazis à évacuer les camps et Jean Perriolat arrive au camp de concentration de Mauthausen le 15 février 1945. Il y meurt deux mois plus tard, le 14 avril 1945.

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2016/10/08/fidele-a-sa-foi

Publié dans: 20è siècle, Lieux

Publier un commentaire