Cours de géométrie gratuit en 1829

Cours de géométrie gratuit en 1829Par la bienfaisance et sollicitude du Maire et du Conseil municipal de la ville de Romans-sur-Isère, un cours gratuit de géométrie appliquée aux arts et métiers est établi en cette cité ainsi qu’il résulte de la délibération du 15 mai 1828, en conséquence il a été fait le règlement suivant :

Art. 1
M. Brun, géomètre, reconnu capable d’enseigner le dit cours par M. Pretot professeur à Lyon et par M. le baron Charles Dupin suivant sa lettre du 28 décembre 1828, est déclaré professeur en cette ville.

Art. 2

Pour être admis à suivre le cours, il faudra que tout postulant soit présenté par l’un des deux présidents des Sociétés de Bienfaisance qui existent pour les oeuvres de cette cité et être agréé par la Mairie. Les présidents seront membres de droit au dit cours et y assisteront quand bon leur semblera. Et c’est par l’organe de l’un d’eux que tout demande de répêter une démonstration mal saisie sera faite au professeur.

Art. 3

Le cours de géométrie aura lieu trois fois par semaine au second de l’Hôtel de Ville désigné pour ce par M. le Maire, les lundi, mercredi et vendredi. Les heures des dits cours varieront selon la saison et la grandeur du jour. M. le Professeur, avant de se séparer de ses élèves, indiquera l’heure précise de son cours pour chaque mois. La durée de chaque leçon sera d’une heure et demie.

Art. 4

Chaque élève admis à entrer dans la salle du cours aura une mise décente et s’y présentera honnêtement.

Art. 5

Il est expressément défendu de se rendre au dit cours dans un état d’ivresse et de troubler par aucun bruit ni propos, comme aussi d’interrompre le professeur sous aucun prétexte. Cependant, si un élève ne comprend pas bien la démonstration d’une figure que ferait le professeur, dans ce cas seulement et avant de passer à une autre figure, il pourra prier M. le Professeur de mieux lui expliquer ou de répêter la démonstration de la première figure non saisie.

Art. 6

Dans la salle de cours, il est pressément interdit à tous ceux qui le suivent de s’entretenir d’aucun objet étranger au dit cours notamment de religion ou de politique, ni d’y proférer aucun jurement.

Art. 7

M. le Professeur rendra compte tous les trimestres à la Mairie, soit des noms de ceux des élèves qui se distingueront le plus par leur assiduité et application, comme de ceux qui n’y viendraient que par esprit de curiosité, de critique ou pour troubler le dit cours. Les noms des premiers seront envoyés à Monsieur le Directeur du Conservatoire des Arts et Métiers à Paris afin d’appeler sur eux les regards bienveillants du gouvernement.

Art. 8

Si quelque rixe ou scène tumultueuse, contre toute probabilité et l’attente et confiance de M. le Maire, venait à avoir lieu soit dans le dit cours ou au sortir d’icelui, soit dans l’Hôtel de Ville ou dans la cour, le professeur, sur le champ, en dressera procès verbal et viendra en rendre compte au Maire ou à l’un de Messieurs les adjoints afin qu’immédiatement il soit pris et ordonné toute mesure convenable pour punir le perturbateur.

Art. 9

Chaque élève sera tenu d’avoir à la marque un siège qui restera placé dans la salle assignée au dit cours. Les sièges seront placés assez distants les uns des autres pour que chacun puisse aller à sa place sans déranger le voisin.

Art. 10

En hiver, lorsque le besoin de feu se fera sentir, le bois comme aussi les chandelles nécessaires pour éclairer la dite salle, seront fournis par les élèves qui feront un fonds commun pour cela.

Art. 11

Le traitement du professeur, M. Brun, est fixé pour cette année à quatre cents francs qui lui seront payés par trimestre. M. le Maire se complaît dans la pensée que plusieurs de nos concitoyens auront la noble émulation de suivre avec assiduité le cours et il espère que l’année ne se finira pas sans qu’ils en tirent des fruits aussi avantageux pour eux-mêmes que pour la prospérité de leur art ou métier, et que si pareil résultat est obtenu, le Conseil municipal fera de nouveaux efforts pour augmenter les honoraires du professeur. Peut-être même sera-t-il assez heureux pour obtenir du Conseil municipal un petit fonds pour accorder des primes à celui ou ceux des élèves qui se seront le plus distingués.

Art. 12

Un extrait du présent règlement sera adressé à M. le Préfet du département de la Drôme pour obtenir son approbation.

Ainsi fait à l’Hôtel de Ville à Romans-sur-Isère, le vingt et un mars mil huit cent vingt neuf.

Sources : Archives municipales, Série D – Administration communale, Délibérations municipales

Publié dans: 19è siècle, Vie et Métiers

Publier un commentaire