Par 20 février 2016 0 Commentaire Lire →

La côte et la place Macel

La côte et la place MacelDès le XIIIè siècle, ce lieu situé au-dessus de la rue de l’Armillerie était dénommé “In Macello” que l’on pourrait traduire du latin par “À la boucherie”.

Chaque industrie étant jadis exercée dans un quartier particulier, on comprend immédiatement que l’on trouvait ici les abattoirs de la ville. Le service de la boucherie s’exerçait autrefois sous l’autorité du Chapitre de Saint-Barnard et la surveillance des syndicats de la ville.

Dans les statuts accordés en 1342 par le Dauphin Humbert II, il est dit que les animaux doivent être amenés à la boucherie vivants, sains et sur pieds. Il était défendu aux bouchers de tromper sur le poids et la qualité des viandes, et de faire fondre les graisses dans l’enceinte des remparts, par crainte des incendies. Suivant un droit féodal confirmé en 1348, le Chapitre de Saint-Barnard s’attribuait les langues des bœufs et les lombes (reins, vessie) des porcs que l’on tuaient les lundis et les mardis.

Par corruption, cette côte et cette place étaient appelées “du Musel” sur le plan de la ville établi en 1821.

Cet article de Romans Historique est paru dans le Dauphiné Libéré : www.ledauphine.com/drome/2016/02/20/la-cote-et-la-place-macel-ou-l-on-menait-les-betes-a-l-abattoir

Publier un commentaire