L’Impartial, 8 novembre 2012 : “Soldats romanais Morts pour la France”

L'Impartial, 8 novembre 2012 : "Soldats romanais Morts pour la France"L’Impartial, 8 novembre 2012

Biographie – Romanais Morts pour la France – 1914-1918

Soldats romanais Morts pour la France

Jean-Yves Baxter passionné d’histoire et de généalogie écrit un ouvrage : un dictionnaire biographique sur des romanais morts au combat lors de la Première guerre mondiale.

L’idée directrice était le centenaire en 2014 du début de la le guerre mondiale. “L’histoire des pierres, du patrimoine, c’est important pour une ville. Mais l’histoire des hommes est aussi un point d’ancrage. J’ai donc décidé d’effectuer une recherche sur les romanais Morts pour la France et au combat entre 1914 et 1918”. Le passionné de généalogie et d’histoire débutait une belle aventure.

Trois ans de travail

C’est un livre sur la biographie des soldats tués, de la naissance à l’inhumation. “80% de mes recherches passent par les archives de Romans. Les archives en lignes sont un support intéressant. Je travaille sur les actes de naissance, les actes de décès… Je recherche les morts à Romans et ceux décédés sur d’autres lieux, par exemple dans des hôpitaux provisoires… Les archives de 1914-1918 sur notre ville sont mes principales sources. Je recherche les actes envoyés à la famille, ceux qui concernent le retour des corps, les correspondances, les plaques commémoratives” nous confie jean-Yves Baxter.

“806 romanais tués au combat”

La plaque commémorative de la mairie est aussi une aide précieuse pour les recherches de Jean-Yves Baxter. “J’oriente me recherches sur les romanais natifs de notre ville, domiciliés et morts à Romans. Certains ne sont pas inscrits sur la plaque commémorative de la ville et n’apparaissent pas au carré militaire… Nous revenons aux archives qui sont d’une utilité incontournable” insiste Jean-Yves Baxter.

806 romanais sont morts pour la France. Toutes les armes sont représentées. Au début de la guerre, les jeunes partaient au front Par la suite, toutes les générations ont été concernées. A 60 ans un français pouvait être appelé sous les drapeaux. A cet âge, c’était souvent des sous-officiers ou officiers.

Sortie en 2013

Cette biographie est un travail de fourmi… Des recherches minutieuses… à base de fiches… L’ordinateur est bien entendu utilisé à bon escient… les fiches “Mort pour la France” sont sur le site des armées à partir d’une base de données qui concerne notre pays. La biographie de 500 pages devrait être éditée en 2013… Une excellente nouvelle pour notre ville et son histoire.

Un exemple d’une fiche d’un romanais mort au combat

Achard, Auguste Lucien

Né le 8 juin 1878 à Bourg-lès-Valence, Drôme, au domicile de ses parents, de Joseph Achard, âgé de 42 ans, tanneur, et de Josapha Dufour, âgée de 42 ans, ménagère, domiciliée maison Chabalet à Bourg-lès-Valence, Drôme. Ses parents étaient domiciliés en dernier lieu à Bourg-lès-Valence, Drôme. Il a épousé Marie Laurence Ternois le 14 octobre 1911 à Bourg-lès-Valence, Drôme (elle était domiciliée en dernier lieu 18 avenue Thiers à Romans, Drôme). Il exerçait la profession de tanneur et il était domicilié en dernier lieu à Romans, Drôme. Il avait le grade de soldat de 2è classe au 140è Régiment d’Infanterie, 1ère Compagnie, classe 1898, n° de matricule 2248 au Corps et 907 au recrutement de Romans, Drôme. Il est mort le 23 niai 1918, à 2 heures 50, dans l’ambulance 213 à Godewaersvelde, Nord, des suites de blessures de guerre. L’avis de décès a été envoyé le 10 juin 1918 à Mme Achard, son épouse, domiciliée 18 avenue Thiers à Romans, Drôme. Le décès a été inscrit sur les registres de décès de Romans, Drôme : Transcription 1920/3 du 28 février 1920. Il a été inhumé en la Nécropole Nationale “Notre-Dame de Lorette” de Ablain-Saint-Nazaire, Pas-de-Calais, dans une tombe individuelle, carré 4, rang 1, numéro 606 (dernier lieu d’inhumation connu). Jugement “Mort pour la France” transcrit le 28 février 1920 à Romans, Drôme. Il est inscrit sur la plaque commémorative. de l’Hôtel de Ville de Romans.

Denis Ravanello

Publié dans: Revue de presse

Publier un commentaire