Le Dauphiné Libéré, 25 juillet 2014 : “Il ne reste plus rien de la liste”

Le Dauphiné Libéré, 25 juillet 2014 : "Il ne reste plus rien de la liste"Le Dauphiné Libéré, 25 juillet 2014

Le reliquaire du Monument aux Morts, contenant le registre des soldats tués en 14-18, a été ouvert

Il ne reste plus rien de la liste

Il aura fallu attendre près de 80 ans, pour que le reliquaire du Monument aux Morts de la place du Champ de Mars soit enfin ouvert. C’est le maire, Marie-Hélène Thoraval qui a récupéré, mercredi, le registre, contenant la liste des romanais tombés pour la France en 14-18, ou ce qu’il en reste. Ce, en présence des responsables du Comité d’entente des anciens combattants.

En effet, la première magistrate n’a récupéré que la couverture du registre et quelques lambeaux de papiers. Le temps, l’humidité et les insectes ont, malheureusement, fait leur oeuvre, détruisant irrémédiablement ce document scellé dans un reliquaire spécialement aménagé, le 14 juin 1934, lors de l’inauguration du monument.

“Cette liste comportait les 522 noms gravés sur la plaque commémorative de l’escalier d’honneur de la mairie”, a précisé Marié-Hélène Thoraval. Avant d’ajouter : “Il a fallu finalement le travail de recherche de l’historien et généalogiste romanais, Jean-Yves Baxter, pour que nous soyons enfin amenés a l’ouvrir.”

En effet, Jean-Yves Baxter qui avait en projet de rédiger un dictionnaire des romanais Morts pour la France durant la Première Guerre Mondiale, a retrouvé un certain nombre de noms de poilus qui n’avaient pas été répertoriés ou identifiés.

“J’ai retrouvé 179 soldats tous originaires de la cité de Jacquemart”, a-t-il confié. “Sans compter ceux qui étaient domiciliés à Romans”. La liste dépasse, dès lors, les 730 noms.

Un nouveau registre sera déposé le 11 novembre prochain

Pour le directeur adjoint et responsable de la mission patrimoine, Éric Olivier-Drure, “il était important de vérifier et s’assurer de la présence de ce registre. Nous avons confié la reliure aux archives départementales qui vont tenter de la restaurer.”

Quant au contenu, le directeur adjoint précise “qu’une nouvelle liste complétée des 179 noms sera établie”. Reste à savoir sur quel support ! “Nous réutiliserons peut-être la reliure et réaliserons une liste papier à l’identique. Il faudra, en revanche, la conserver dans un compartiment étanche, sachant que ce support ne résistera pas au temps.”

De fait, tout devrait être achevé début novembre. Puisque la municipalité et le Comité d’entente souhaitent déposer cette nouvelle liste dans le reliquaire, lors de la prochaine cérémonie du 11 novembre. Une cérémonie qui revêtira, du coup, un caractère particulier en cette période de commémoration du centenaire de la première guerre.

Un dictionnaire rendant hommage aux poilus romanais qui permet finalement de réparer un oubli

Puisqu’on célèbre, cette année, le centenaire du début de la Première Guerre Mondiale, le généalogiste et correspondant du Dauphiné Libéré, Jean-Yves Baxter, a publié, à cette occasion, un dictionnaire biographique. Ce dictionnaire recense tous les romanais morts au champ d’honneur durant tout le conflit.

Dans cet ouvrage de 600 pages, aucun nom n’aura été oublié. En effet, il regroupe plus de 900 biographies. Un travail de recherche considérable qui aura nécessité plusieurs années de travail, entrepris, il y a 4 ans. Jean-Yves Baxter d’expliquer : “Je m’y suis pris à l’avance pour être sûr de pouvoir publier cet ouvrage en temps et heure.”

De fait, l’historien local a réalisé un véritable travail de fourmi, en puisant et collectant des informations dans les registres mais également dans les archives municipales, ainsi que celles du Ministère de la Défense.

Rendre hommage à tous les romanais Morts pour la France

Le Livre d’Or des Morts pour la France, édité par le Ministère et oofert après guerre à chaque commune aurait pu lui être utile. Malheureusement, il est introuvable.

179 noms manquaient donc sur la plaque commémorative de l’Hôtel de Ville.

Jean-Yves Baxter s’est, d’autre part, basé sur les plaques commémoratives situées devant les lycées du Dauphiné, Albert Triboulet, celle du Carré Militaire au cimetière et sur la plaque de l’Hôtel de Ville.

A ce propos, le généalogiste a remarqué sur cette plaque qu’il manquait plusieurs noms. “179 très exactement”, concède Jean-Yves Baxter, “même si ce n’est pas cet oubli que j’ai voulu mettre en lumière. Pour autant, lorsque je m’en suis aperçu, il me paraissait tout à fait normal d’écrire cet ouvrage afin de rendre hommage à l’ensemble des romanais Morts pour la France.”

D’autres erreurs et oublis ont, enfin, été relevés et corrigés par le généalogiste.

Gensi Hoxha

Cliquez ici pour en savoir plus sur les recherches qui ont abouti à cette découverte.

Publier un commentaire